Versione stampabile

Yannick HAMON, Magali BOUREUX, Marie-Line ZUCCHIATTI

Introduction générale

La formation des enseignants de langue constitue une occasion sans pareille pour impulser des idées, enclencher des échanges, stimuler la créativité du corps professoral et inciter à une réflexivité critique sur les pratiques de classe.

À mi-chemin entre la didactique (spécificités liées à l’enseignement des langues comme la phonétique, la compréhension des écrits, la corporéité du matériau langagier) et la pédagogie (accroissement de la motivation, gestion des affects du groupe et des individus qui composent le microcosme classe), la formation des collègues de collèges et de lycée permet de relier le monde de la recherche et celui de la pratique d’enseignement.

C’est aussi l’occasion de mesurer les écarts possibles entre ce que la recherche voudrait proposer et les réalités du terrain. La formation de formateurs telle que nous la concevons, n’est plus celle, assez verticale, prescriptive et proscriptive, qui a un temps éloigné ces deux mondes, celui de l’université et de l’école. Nous la concevons aujourd’hui comme un dialogue, une opportunité de redonner envie aux collègues de varier leur répertoire et de proposer des activités adaptées à leurs contextes.

Le cadre méthodologique de la recherche-action, où l’on tâche d’assurer la récursivité entre les hypothèses scientifiques et l’enseignement tel qu’il se décline dans la variété des terrains et des situations consiste ensuite à analyser les intentions pédagogiques, leur réalisation pour finalement améliorer les pratiques. Il s’agit de redonner envie d’essayer des itinéraires qui sortent des sentiers battus et non de fournir des recettes toutes faites, prêtes à enseigner.
Notre propos est de fournir aux praticiens les instruments théoriques et pratiques pour mettre en œuvre des activités où plaisir d’enseigner et d’apprendre puissent aller de concert. Cette alchimie permet en aval de participer, chez les apprenants, à l’acquisition de nouvelles connaissances, de nouvelles compétences.

Pour les formations Atelier-FLE lancées dès 2018 et mises en œuvre la même année, le DORIF et les Alliances Françaises sont les maîtres d’œuvre de cette rencontre entre enseignants chercheurs et praticiens du secondaire.

Redonner le goût d’enseigner, valoriser les efforts, soutenir méthodologiquement la réalisation d’activités liées au théâtre et leur utilisation en classe constituent principalement les objectifs de la formation pilote qui, en cette année 2018, a été proposée aux enseignants de la région Emilie-Romagne et, dans un deuxième temps, à leurs collègues sardes.

Pourquoi le théâtre pour ce premier galop d’essai ?

Outre l’engouement manifeste des collègues du secondaire pour les représentations de la troupe France-Théâtre qui a arpenté l’Italie ces dernières années, le recours aux arts dramatiques pour l’enseignement des langues et du français langue étrangère en particulier a fait l’objet d’un intérêt accru dans la littérature didactique comme en témoignent les parutions de monographies scientifiques, de manuels et d’articles consacrés à ce nouvel axe de recherche.

Avec le théâtre, ce sont des potentialités multiples qui s’offrent aux praticiens (travailler la voix, l’assurance, la gestuelle, les structures syntaxiques, rapprocher les élèves d’une littérature parfois considérée comme inaccessible) mais c’est surtout la possibilité d’inscrire la langue dans l’action, de performer des textes mais aussi des comportements. De mettre en scène le langage. C’est la possibilité de donner corps à la communication langagière en incluant aussi le non verbal. Le théâtre est vie, élans, émotions. Il sort des habituelles activités proposées par les manuels et permet, tout comme la recherche-action, un va et vient entre le jeu et la réflexion. Car le théâtre, c’est sérieux et ça peut aussi ne pas l'être. Le jeu dramatique peut susciter le rire, l’amusement mais aussi des prises de conscience sur des sujets sérieux, les rapports difficiles entre humains, la complexité de tout ce qui fait une interaction. Avec style. Avec un matériau langagier écrit et performé que l’on peut (faire) modeler, remodeler. Le théâtre est un artifice qui fait vibrer la classe peut-être plus efficacement que les jeux de rôles.



Per citare questo articolo:

Yannick HAMON, Magali BOUREUX, Marie-Line ZUCCHIATTI, Introduction générale, Repères DoRiF Ateliers Didactique et Recherches - Fédération Alliances Françaises d'Italie et DoRiF Università, DoRiF Università, Roma novembre 2019, http://dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=447

Ritorna alla Barra di Navigazione