Versione stampabile

Yannick HAMON, Magali BOUREUX, Marie-Line ZUCCHIATTI

Synthèse des fiches pédagogiques élaborées

Le théâtre et son potentiel en classe de Fle relèvent d’une ouverture pluri-sémiotique où le texte n’existe pas sans corporéité. En ce sens, les séquences proposées au terme de la formation réifient l’apprentissage de la langue et permettent de renouer avec le plaisir d’apprendre ou d’enseigner. L’un des objectifs de la formation Ateliers FLE dédiée au théâtre était non seulement de fournir des instruments méthodologiques et pratiques pour mieux exploiter toutes les facettes pédagogiques de la dramaturgie mais aussi et surtout de stimuler la créativité, de renforcer ou de renouer avec le plaisir de concevoir des parcours, le plaisir de créer et de faire créer, de rompre les routines, d’enrichir le répertoire des possibles pédagogiques, en alliant réflexion et émotion. De ce point de vue, la formation s’est avérée porteuse car les séquences produites sont à la hauteur de nos attentes, voire même au-delà : richesse des approches, variété des thèmes traités, des documents d’entrée et de sortie et ce pour un bel éventail de contextes scolaires, de niveaux, de terrains et terreaux de créativité. Tout y est. À cet égard, les attentes des enseignants ont semble-t-il été comblées car les collègues ont laissé libre cours à leur imagination tout en formalisant rigoureusement des étapes, des progressions, une méthodologie didactique adaptée à leur terrain.

En ce qui concerne la variété des documents de départ et de support, les textes relèvent aussi bien du répertoire classique (Tristan et Yseut, l’École des femmes et le Bourgeois Gentilhomme de Molière, le Chat botté de Charles Perrault), du répertoire moderne (Déjeuner du matin de Jacques Prévert, Knock de Jules Romains , Le Petit Prince de Saint Exupéry , Finissez vos phrases ! de Jean Tardieu), et du répertoire contemporain (Arrêt 36 de l’autobus 40 de Jean Sibil, l’Épouvantable épouvantail de Anne Rocard, le Rôti de lapin de Karl Valentin, je hais les hais de Raymond Devos). Certains enseignants ont même pensé, au-delà du roman médiéval, du conte, de la poésie, du récit, du théâtre, du sketch poétique, à des documents iconographiques (une planche du dessinateur Deligne, la Nuit étoilée de Van Ghog).
Les textes dramaturgiques prévoient souvent le visionnage de leur représentation vidéo. Le passage d’un genre narratif ou iconographique à sa théâtralisation, à sa mise en scène est méthodologiquement bien pensé, permettant aux intrants langagiers de passer sur les planches avec une certaine fluidité.

Au niveau de la variété des compétences ciblées (compréhension orale, compréhension écrite, production orale et écrite, phonétique spécifiquement, compétences communicationnelles), nous avons relevé des enchainements articulés des séquences visant deux voire trois compétences. Certaines articulations prévoient même des passerelles interdisciplinaires et impliquent, par exemple pour la traduction, l’implication du professeur d’italien. Nous ne pouvons enfin que saluer quelques approches qui, pour filer la métaphore, font revenir la mémorisation sur le devant de la scène.

Les retours qui nous sont parvenus après le déroulement des activités avec les élèves témoignent d’un réel enthousiasme et les bilans dressés par les collègues du secondaire sont souvent élogieux en terme d’engagement et d’implication des élèves. En outre, les produits écrits et oraux d’apprentissage sont selon eux de bonne facture et concluent des expériences bénéfiques pour les classes. L’une des participantes à la formation s’est même lancée avec succès dans un concours national organisé par le ministère italien de l’éducation.

Quoi de mieux que le théâtre pour allier plaisir, créativité, acquisitions langagières, culturelles, échanges interpersonnels ? Mettre les élèves sous les feux de la rampe, c’est valoriser leur potentiel expressif, contourner ou vaincre les timidités. Dès lors, l’enseignant(e) joue elle-lui aussi le jeu, distribue l’interaction, s’efface, souffle le cas échéant un bout de réplique et laisse la vie s’exprimer.
Car le théâtre est Vie et cette Vie intense, complexe, parfois difficile, se retrouve insufflée dans la classe de FLE qui devient espace de création, laboratoire des émotions, illustration parfaite du lien entre langage et action.

Niveaux A1-A2 - Atelier geste - Séquences sur la poésie Déjeuner du matin de
Jacques Prévert, extrait du recueil Paroles (1949)
Sophie Hénaff et Monica Papa, du collège Tiepolo de Udine, ont conçu deux séquences
d’activités à partir de deux poésies de Jacques Prévert tirées du recueil Paroles . Les
approches aux textes se basent sur le visionnage de vidéos qui mettent en voix et en action
les poésies de manière attractive. Les belles familles est présentée sous la forme d’une
sorte de commentaire à un spectacle de marionnettes que les élèves vont devoir
commenter. La vidéo* de Déjeuner du matin est visionnée dans un premier temps dans une
version muette, les élèves devant décrire les actions des personnages. Les activités
comportent un travail de compréhension orale puis écrite (avec lecture à voix haute des
poésies ou avec un exercice à trous qui va les compléter). La production orale concerne les
commentaires des vidéos et après mémorisation du texte, sa récitation ; dans le second cas,
il est prévu une mise en scène de la poésie devant la classe. Des passerelles sont
suggérées concernant l’approfondissement du texte poétique et de l’auteur, Jacques
Prévert, ainsi qu’une découverte éventuelle de ses traductions en italien faites par Umberto
Eco, grâce à une collaboration avec le professeur d’italien.

Niveau A1 - Collège, Atelier texte - Séquence sur L’ épouvantable épouvantail de Ann
Rocard
Gloria Cavazzuti, du collège “Giacomo Masi” de Modène propose une séquence centrée sur
l’analyse et l’interprétation du texte de théâtre à partir d’une pièce jeune public du genre
policier, ayant pour titre L’épouvantable épouvantail de Ann Rocard. Les 4 activités qui
incluent compréhension orale et écrite et production orale tendent à faire découvrir aux
élèves les caractéristiques du texte de théâtre, sa structure, ses dialogues, ses didascalies.
La lecture à voix haute permet de travailler les aspects phonétiques et intonatifs de la
langue. Le travail d’observation et d’analyse des didascalies invite à imaginer et décrire les
gestes des personnages. Enfin la classe est divisée en groupes et chaque groupe est
chargé de mémoriser et interpréter une scène. Au cours de l’activité finale les différentes
scènes sont jouées et filmées.

Niveau A2 - Lycée (école hôtelière), Ateliers voix et geste - Séquence sur Le rôti de
lapin
de Karl Valentin
Carmela Marongiu et Roberta Pitzalis, du lycée hôtelier Ipia G.Ferraris d’Iglesias en
Sardaigne proposent une activité théâtrale visant à intégrer des aspects communicatifs,
linguistiques et socioculturels. À partir de la lecture d’un extrait du texte de théâtre de Karl
Valentin, Le rôti de lapin , et après une suite d’activités élaborées et complémentaires qui
soulignent le lien entre corps, voix, espace et mouvement, les élèves sont invités à jouer la
saynète. L’activité de découverte d’une première partie du texte cumule les exercices de
compréhension, de production écrite et orale (grâce en particulier à l’élaboration d’un
questionnaire) et de réflexion (avec un travail à faire à la maison). La seconde activité se
concentre sur la lecture expressive de l’extrait tout entier et au cours des trois activités
suivantes l’accent est mis sur l’interprétation et la mise en espace du texte prévoyant aussi
l’utilisation de costumes et accessoires. En lien direct avec le cadre de formation du lycée,
l’une des activités prévoit également la rédaction en français d’une recette à base de lapin,
liée à la tradition culinaire italienne locale. L’utilisation du texte de théâtre et le choix du
parcours didactique très structuré tend à impliquer les élèves au maximum et en continu par
des lectures chorales, des exercices de groupe en classe, des devoirs faits à la maison et
aussi par une demande d’évaluation pour chaque activité menée.

Niveaux A2-B1 Collège ? Ateliers voix et texte - Séquence sur Knock ou le triomphe
de la médecine
de Jules Romains. Alliance Française
Sophie Deleuse, de l’Alliance Française de Bologne, propose un projet théâtral complet
d’environ dix heures de cours visant à réaliser une adaptation de la pièce de théâtre de
Jules Romains. Initialement et de façon progressive, les élèves sont amenés à mieux
appréhender le texte de théâtre, ses spécificités, le potentiel de jeu qu’il contient. Forts de
ces observations les élèves vont ensuite être plus à même d’élaborer une version et une
interprétation personnelles du texte. L’approche au texte part du support livre, de son
observation, puis après lecture du texte en entier, les élèves remplissent une fiche qui sera
commentée en classe. L’activité suivante se concentre sur la compréhension et l’expression
orales avec le visionnage et le commentaire de captations de certains passages de la pièce.
Dans cette activité l’accent est mis sur les aspects directement liés à la mise en scène :
caractérisation des personnages, gestualité, voix, décors. À partir de ces réflexions la classe
est divisée en trois groupes chargés d’élaborer trois aspects de la mise en scène : le décor,
les personnages, l’oralité, et de rédiger l’adaptation du texte. L’un des objectifs du travail en
groupe est la création de dialogues à quiproquos dus à des incompréhensions phonétiques
ou langagières. Le parcours est finalisé avec la création et mise en scène du texte adapté et
sa captation vidéo par le professeur.

Niveau A1 - Collège Ateliers voix, geste - Séquence de lecture et mise en scène d’un
dialogue.
LC a élaboré une séquence destinée à des élèves débutants du collège. Le but recherché
est de travailler sur la phonétique et de sensibiliser les élèves au rythme et à l’intonation de
la langue. Cinq activités sont proposées, les deux premières sont conçues à partir d’une
vidéo et de sa transcription. Le dialogue enregistré comporte une série de formules de
salutations. Après un travail de compréhension orale et écrite, les élèves sont chargés de
mémoriser le texte. Au cours de l’activité suivante les élèves jouent la scène apprise. En
s’appuyant sur la Phonétique corrective en FLE du site de formation en ligne et à la Méthode
Verbo-tonale proposé par Michel Billières (Université de Toulouse le Mirail) avec la
participation de Charlotte Alazard (Université de Toulouse le Mirail), le professeur explique
et illustre les particularités intonatives et articulatoires des différentes répliques. La troisième
activité se concentre sur la production écrite, les élèves doivent écrire les formules de
salutation dont ils se souviennent. L’activité suivante d’aspect plus ludique, reprend un
exercice utilisé dans les ateliers de théâtre qui souligne le lien entre parole et geste/attitude.
Enfin la dernière activité fait travailler les élèves sur un texte à trous, à compléter à partir
d’un enregistrement audio, toujours sur le thème des salutations. Pour terminer la séquence
les élèves, par groupes, doivent construire un dialogue sur le modèle de celui qu’ils ont pu
observer, pour ensuite le présenter à la classe.

Niveaux A1-A2 - Collège Atelier geste - Séquence sur Le chat botté de Charles
Perrault.
Claudia Cortesi et Drusiana Cravero (groupes scolaires Valle del Montone, province de Forli
Cesena et « Nori de’Nobili » Trecastelli, province d’Anconne) proposent à leurs élèves de
collège une activité d’élaboration d’éléments gestuels en rapport direct avec l’interprétation
de la fable de Perrault Le chat botté . La séquence prévoit un travail préliminaire de
présentation de l’auteur et de ses fables, et de lecture et compréhension du texte. Puis
l’attention se focalise sur les personnages et sur leurs caractéristiques, il est alors demandé
aux élèves d’imaginer quels gestes et quelles attitudes pourraient avoir les différents
personnages. Dans un second temps, les élèves visionnent une vidéo qui met en scène la
fable et ils sont invités à observer et commenter les éléments gestuels. La classe passe
ensuite à une activité de groupe visant à inventer pour chaque personnage une didascalie
décrivant les caractéristiques physiques du personnage, son attitude, son allure, ses
mouvements, etc. Enfin, il est demandé aux élèves de réaliser la mise en scène et
l’interprétation de la fable, sur la base des indications scéniques qu’ils ont rédigées.
Le parcours qui s’articule en cinq temps comprend trois phases de compréhension écrite,
une phase de compréhension orale, une phase de production écrite et trois phases de
production orale. Ces activités se complètent en alternant des modalités de travail individuel
et de groupe.
La mise en espace finale implique les élèves à plusieurs niveaux en les mettant dans la
position d’acteurs et de spectateurs de leur texte didascalique.

Niveau B1 - Lycée Atelier texte - Séquence sur Arrêt 36 de l’autobus 40 de Jean Sibil.
Classe de Lycée, Terminale
Valeria Corradi et Silvia Piccinini proposent un parcours qui permet d’exploiter un texte de
théâtre sous de multiples aspects linguistiques. Le texte choisi, Arrêt 36 de l’autobus 40 de
Jean Sibil, qui présente des parties dialogiques et didascaliques, a comme particularité la
juxtaposition de plusieurs registres de langues qui sont utilisés par des groupes de
personnages de différentes générations. Les onze activités prévues qui couvrent sept
heures de cours, visent à observer, analyser, exploiter une série d’éléments lexicaux,
grammaticaux et stylistiques. Le parcours prévoit une approche du texte de théâtre en tant
que genre littéraire et textuel et une lecture approfondie de la part des élèves qui sont aussi
chargés d’en faire une traduction en italien. En second lieu les activités se focalisent sur des
aspects grammaticaux, en particulier sur la formulation de l’hypothèse et la forme de
politesse. Le troisième volet du parcours prévoit un travail sur les registres de langues
standard, familier, argotique, leurs équivalences et leur traduction en italien. Pour mieux
approfondir ces aspects le visionnage de supports vidéo est prévu. Enfin la quatrième et
dernière étape du parcours est consacrée aux parties didascaliques du texte, à leurs
caractéristiques et à la façon dont elles peuvent être perçues et interprétées. Le parcours
peut être complété par deux types d’activités : la mise en scène réelle du texte par les
élèves ou bien un approfondissement sur l’histoire du théâtre avec la présentation d’aspects
spécifiques du texte, pouvant être mis en rapport avec la société française contemporaine.

Niveau A2 - Lycée - Atelier texte - de la poésie au théâtre : Déjeuner du matin de
Jacques Prévert
Ce parcours conçu par Stefania Barrazoni (lycée Severo Savioli de Rimini) propose de faire
adapter en version théâtrale le poème de Prévert Déjeuner du matin .
La première étape est consacrée à une lecture du poème à voix haute par chacun(e) des
élèves.
La deuxième phase consiste en une traduction du texte vers l’italien visant une
compréhension détaillée du texte de départ.
La troisième étape est consacrée au jeu et plus particulièrement à la gestuelle, exploitant
ainsi les verbes d’action du texte. L’activité prévoit l’utilisation des objets cités dans le
poème.
Enfin la dernière activité vise à confronter la gestuelle mise en oeuvre par les élèves avec
d’autres gestuelles à partir d’enregistrement filmés et disponibles sur Internet.
L’enseignante SB propose ainsi deux parcours destinés à deux classes et deux niveaux
différents, qui ne requièrent pas un temps de préparation excessif de la part de l’enseignant
mais permet de faire travailler les élèves de façon complète sur des séquences courtes.

Niveau B1 - Lycée - Atelier texte - de la BD au théâtre : une planche de Deligne
Le parcours conçu par Stefania Barrazzoni (lycée Severo Savioli de Rimini) a pour objectif
de faire adapter en dialogue théâtral une planche du dessinateur Deligne sur le thème des
différences entre la restauration rapide et la restauration domestique traditionnelle.
La première étape consiste en une lecture à voix haute des bulles. L’activité se fait en
groupe de 4 élèves et prévoit une compréhension guidée du texte de départ.
La deuxième étape est consacrée à une compréhension fine des bulles à l’aide du
dictionnaire.
La troisième étape vise l’écriture créative car il s’agit d’inventer les répliques de l’un des
deux personnages de la planche dans les bulles vides.
Enfin, le parcours prévoit une représentation de la scène adaptée à partir de la planche par
les 4 groupes définis au départ.
Partant d’un fonctionnement simple et bien articulé, le parcours proposé permet de faire
produire les élèves à l’écrit comme à l’oral.

Niveau B1- Lycée - Atelier texte - du roman au théâtre : Tristan et Yseut
Emanuela Colagrande propose à ses élèves du lycée linguistique de Rimini un parcours en
deux mois et sur quatre temps en transformant un récit du moyen-âge, Tristan et Yseut, en
une courte pièce de théâtre où plusieurs groupes d’élèves interpréteront les deux
personnages mythiques. Le choix du thème mêle l’amour, le merveilleux et le symbolique
pour atteindre un public souvent romantique, sinon sensible au rapport amoureux.
Une première étape, centrée sur la compréhension écrite tâche de faire saisir les éléments
clés du récit et les personnages en contextualisant l’époque en lien avec le versant
civilisationnel du cours.
La deuxième phase prévoit l’analyse d’un extrait de la version dramaturgique de l’oeuvre
(Texte de Jean Hautepierre, publié en 2013 - acte II, tableau 6), trois lectures à voix haute
par plusieurs groupes et une lecture à voix haute attentive à rendre l’expressivité des
répliques.
La troisième phase vise une répétition en 4 groupes où la rétroaction se fait par les pairs au
sein de chaque groupe puis de l’enseignante.
Enfin, la dernière et quatrième étape est consacrée à la représentation de la scène devant
plusieurs publics, incluant la participation de l’Alliance Française de Rimini.
Ce scénario est intéressant parce qu’il appuie sur une corde sensible des lycéens, le rapport
amoureux et permet d’exploiter plusieurs versions d’un récit fondateur de la littérature
courtoise.

Niveau A2 - Collège - Atelier texte et voix - séquence sur La nuit étoilée et Le petit
Prince
de Saint-Exupéry
Monica Rocchi, du collège Ippolito Nievo de Gambettola (province e Forlì-Césène) propose
un parcours qui prend pour point de départ le tableau de van Gogh, La nuit étoilée , diffusée
à la classe sur tableau blanc interactif.
Résolument poétique, l’approche prévoit un remue-méninge à partir du document
iconographique et du mot « étoile » pour stimuler l’imaginaire des élèves. Cette première
phase est ensuite renforcée par la mise en relation du mot et de ses représentations
graphiques (calligrammes, acrostiches).
La deuxième phase, consacrée à la compréhension orale, s’appuie sur une lecture audio
d’un extrait du Petit Prince de Saint-Exupéry (le texte est également fourni aux élèves) qui
permet de glisser sur le thème de la solitude et du besoin d’amitié.
Dans un troisième temps, à partir d’un synopsis de départ, les élèves écrivent un dialogue
(conversation téléphonique entre un grand père et son petit fils). Cette phase implique un
travail de groupe et un réinvestissement du thème de l’étoile, à insérer dans le dialogue.
Enfin, la dernière phase consiste à réaliser la scénographie du spectacle (musique, affiche)
en vue de sa représentation. Ce parcours, qui donne une large part au collectif, exploite des
intrants graphiques, textuels et audio et permet de passer de la réflexion au vécu
émotionnel. La phase d’évaluation de l’activité ne se focalise pas sur l’acquisition des
compétences langagières mais sur le ressenti et sur ce que le parcours a apporté aux
élèves.

Niveaux B1-B2 - Lycée - Ateliers texte et voix - Séquence sur L’école des femmes,
Classe de lycée (filière ES économique et sociale), niveaux B1-B2
Emmanuelle Caillat, du lycée Monti d’Asti propose à ses élèves de lycée (filière économie et
société) une activité visant à interroger le rapport Homme-Femmes. Il est demandé à la
classe (niveau B1-B2) de réaliser une vidéo en partant de L’école des femmes de Molière.
Le recours au théâtre permet ici d’interroger le rapport hommes-femmes et les formes de
violence qui peuvent caractériser ce rapport. Après avoir demandé aux élèves de lire la
pièce dans son intégralité, l’enseignant propose de comprendre plus finement le texte, en
faisant traduire la tirade d’Agnès (Acte III, scène 2, vers 695-714) « le mariage ». Des
activités de réécriture et de récitation d’extraits sont également prévus, ainsi que
l’enregistrement vidéo d’une scène qui permet d’exploiter les contenus méthodologiques de
l’ateliers texte et de l’atelier voix .
Le parcours qui s’articule en cinq temps alterne deux phases de compréhension, deux
phases de production orale et une phase de production écrite. En ce sens, c’est un parcours
très complet qui combine plusieurs modalités (travail individuel et travail de groupe) mais
aussi des supports papiers et numériques. Le travail prévoit aussi une sortie spectacle pour
voir, en version italienne, la représentation de l’oeuvre de Molière.
Notons que ce parcours a déjà été mis en oeuvre par l’enseignante qui a candidaté le travail
effectué au concours MIUR “Nuovi finali – Le scuole contro la violenza sulle donne” , qui
cerise sur le gâteau, inscrit la séquence dans une perspective citoyenne très motivante.

Niveau A2 - Lycée - Atelier voix et geste -Séquences sur le petit bourgeois
Gentilhomme, l'adaptation de la pièce de Molière Le bourgeois Gentilhomme
.
Isabella Inuddu a conçu pour ses élèves du lycée une série d'activités visant à jouer une
scène en classe et à réaliser un dialogue.
Après une première lecture il est demandé aux élèves d'émettre des hypothèses sur les
gestes accomplis par les personnages et sur les éléments tels que le décor, les accessoires
et les costumes.
La deuxième phase a pour but de travailler la qualité de la prononciation en respectant
l'intonation et en valorisant la gestualité facilitante. Une lecture dialoguée complète cette
activité.
L'analyse successive des indices textuels tels que la ponctuation et les didascalies permet
ensuite de mieux comprendre le caractère des personnages et leurs intentions. À partir de
là, l'enseignante fait imaginer aux élèves une situation avec des personnages et différents
actes de paroles afin de leur faire créer des phrases, puis de courts dialogues.
L'activité finale prévoit que chaque groupe joue ainsi le dialogue préparé devant la classe.
L'articulation entre les propositions favorise une prise de conscience des éléments
scéniques utiles à la mise en scène des pièces de théâtre. Les activités sur la prononciation
proposées en parallèle permettent progressivement de parvenir à une autonomie
expressive.

Niveau A1-A2 - Lycée A.Meucci - Atelier voix -Séquences d'exploration des relations
entre geste et parole
Cristina Righi du lycée A. Meucci, de Carpi (Province de Modène) a organisé une série
d'activités pour permettre à ses lycéens d'explorer les variétés expressives liées aux
variations de rythme (parole) et à leur expression gestuelle.
La première série d'activités a pour but de faire choisir et prononcer les mots sur lesquels les
apprenants travailleront.
L'activité suivante sert à faire varier les mots en modifiant leur rythme (durée), leur
intonation, leur débit...
Suivant l'exemple donné par le professeur, la phase suivante vise à emphatiser sur le plan
visuel les variations vocales en les accompagnant de variations de gestes et de
mouvements.
La phase finale prévoit une restitution collective dans une configuration où les élèves, placés
en ligne selon une orientation qui leur permet d'interagir, prononcent à tour de rôle leurs 2
mots et les accompagnent de gestes et /ou de mouvements.
Cette séquence d'activités peut aussi être proposée à partir de courts énoncés ou bien d'une
gestualité apte à déclencher la parole.
Elle peut aussi être considérée comme une première étape permettant de revenir à un
travail sur une prononciation standard avec des activités plus conventionnelles prévoyant la
mise en scène de courts textes tirés du théâtre traditionnel où les didascalies scéniques sont
à respecter.

Niveau A2 - Collège - Atelier voix et texte - Mise en scène d'une pièce de théâtre avec
un lexique simple. Adaptation inspirée de “Finissez vos phrases !” de Jean Tardieu
Sophie Bardiau, du collège Mattarella de Modène a choisi de proposer à ses élèves du
collège des activités qui s'inspirent d'un extrait de l'oeuvre de Jean Tardieu "Finissez vos
phrases!". Le principal objectif de cette proposition est d'aider les collégiens à communiquer
des intentions à partir de l'intonation malgré que les phrases soient inachevées. En leur
demandant de s'identifier à un personnage éloigné de leur personnalité, l'enseignant a aussi
pour but de leur permettre de vaincre la peur des erreurs et la timidité qui bloquent souvent
la communication et l’apprentissage.
La série d'activités débute, dans un tout premier temps, par une imitation des mouvements
spatiaux en silence, ce qui amène, dans un second temps, à une répétition orale d'énoncés
dont les courbes intonatives correspondent aux mouvements gestuels appris.
Les collégiens regardent ensuite différentes interprétations du texte de Jean Tardieu
publiées en ligne. Ils analysent oralement leurs ressemblances et différences, puis se
concentrent sur l'étude du texte à partir d'une lecture où les intonations et la gestualité sont
exagérées pour transmettre l'implicite que véhicule le texte. Cette phase débouche sur une
activité où, par sous-groupes, les élèves doivent compléter les phrases afin de leur donner
du sens avant de proposer leur saynète devant le groupe classe.

Niveau A2 - Collège - Atelier voix - Séquence de dramatisation d'un poème pour
développer le goût de la lecture et des jeux de mots
RB
et [I:B]SN [/I:B]proposent une série d'activités autour du poème «Je hais les haies» de Raymond
Devos, notamment un visionnage de la vidéo du poème et une explication du texte.
La série d'activités suivante part d'une révision de certains phonèmes difficiles dans le
poème pour déboucher sur une phase d'apprentissage du poème, strophe par strophe, en
sensibilisant les élèves à la syllabation ouverte du français et en se focalisant sur le rythme
et l'intonation. Le travail phonétique est basé sur la répétition des énoncés donnés par
l'enseignant pour corriger la prononciation. Cette activité amène progressivement à la
mémorisation du poème qui est ensuite testée grâce à un jeu où, à tour de rôle, chaque
élève doit répéter le texte déjà dit et ajouter un vers supplémentaire sans erreur, sous peine
d'être exclus du jeu.
Une dernière série d'activités est proposée pour vérifier la qualité de la prononciation à partir
d'un enregistrement vocal que les élèves font de quelques strophes sur lesquelles ils se sont
particulièrement entraînés. Ils peuvent ainsi, à l'aide de l'enseignant, évaluer leur
progression phonétique et les progrès encore à faire.
Ces différentes activités peuvent donner lieu à des activités passerelles comme la rédaction
de didascalies pour spécifier les gestes et le style émotionnel à adopter pour jouer le poème.

Niveau A2 - Lycée - Atelier voix - Séquence visant la compréhension des sentiments
de l’auteur et une expression libre de l’élève
RG
propose de travailler sur le poème Déjeuner du matin de Jacques Prévert. À partir de
l'écoute du poème lu par un acteur, la compréhension du poème est facilitée par le recours à
une gestualité iconographique. Son but est de mimer les actions en recourant aux objets
cités dans le texte. Le jeu de mime a aussi pour objectif de faciliter la mémorisation du texte.
Le moment de la restitution du texte est dédié à l'observation de la prononciation et du
timbre de la voix qui doivent transmettre les émotions du texte. Une digression vers la
prononciation des allitérations en /s-z/ et des différences entre les phonèmes vocaliques
proches montrera combien les sensations et la gestualité favorisent la prononciation de ce
poème. La gestualité sera insérée dans la proposition pour parvenir à une mise en scène
filmée qui donne ensuite lieu à un visionnage permettant de valoriser l'engagement de
chacun et de comprendre comment améliorer sa propre production.
Les activités passerelles proposées visent à souligner la lenteur des gestes et de la
production orale qui transmet la tristesse.

Per citare questo articolo:

Yannick HAMON, Magali BOUREUX, Marie-Line ZUCCHIATTI, Synthèse des fiches pédagogiques élaborées , Repères DoRiF Ateliers Didactique et Recherches - Fédération Alliances Françaises d'Italie et DoRiF Università, DoRiF Università, Roma novembre 2019, http://dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=451

Ritorna alla Barra di Navigazione