Versione stampabile

Sakina EL KHATTABI

L’apprentissage du français et intégration scolaire des mineurs non accompagnés (MNA): vers une construction identitaire

Sakina El Khattabi
Laboratorie CREM
Université de Lorraine
sakina.el-khattabi@univ-lorraine.fr

Résumé

La scolarisation des mineurs étrangers isolés est considérée comme l`un des objectifs primordiaux de l’accompagnement que l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) offre à ce public. En effet, la scolarisation se passe en deux temps distincts : scolarisation en classe interne FLE et scolarisation à l`école publique en classe ordinaire ou un organisme de formation en alternance. Dans le présent article, nous expliciterons le fonctionnement de la classe interne tout en mettant en lumière la procédure de scolarisation post classe interne FLE. En effet, la procédure de scolarisation ainsi que les perspectives scolaires ne sont pas les mêmes pour les deux tranches d'âge conformément aux textes en vigueur. On distingue alors au sein de ce public deux catégories : des jeunes de moins de 16 ans et des jeunes de plus de 16 ans. Cette hétérogénéité d’âge s’ajoute à celle des expériences scolaires préalables des élèves. En effet, une partie d’entre eux à été antérieurement scolarisé (SA) alors qu’une autre ne l’a pas été (NSA). Cette différence est aussi importante que celle entrainée par leur âge.
Ce travail vise à expliciter les enseignements en classe interne et la démarche de scolarisation à l’école publique.

Abstract

The schooling of unaccompanied foreign minors is considered one of the primary objectives of the support that Social Child Welfare (ESA) offers to this public. Indeed, schooling takes place in two distinct periods: schooling in the FLE internal classroom and schooling in public school in the ordinary class or an alternance training organization. In this article, we will explain the functioning of the internal class while highlighting the post-FLE internal schooling procedure. Indeed, the schooling procedure, as well as the school prospects, is not the same for both age groups according to the texts in force. There are two categories in this audience: young people under 16 and young people over 16. This age heterogeneity is added to that of students' previous school experiences. Indeed, some of them were previously educated (SA) while another was not (NSA). This difference is as important as that caused by their age.
This work aims to explain the lessons in the internal classroom and the approach to schooling in public schools.

Riassunto

In Francia, la scolarizzazione dei minori stranieri non accompagnati è considerata uno degli obiettivi primari del sostegno che Social Child Welfare (ESA) offre a questo tipo di pubblico. In realtà, la scolarizzazione si svolge in due periodi distinti: scolarizzazione in classe interna FLE e scolarizzazione nella scuola pubblica in classe ordinaria o in un istituto di formazione in alternanza. In questo articolo, spiegheremo il funzionamento della classe interna FLE, evidenziando inoltre la procedura di istruzione interna post-FLE. In effetti, la procedura e le prospettive scolastiche non sono le stesse per entrambi i gruppi di età secondo i testi di legge in vigore. Due categorie sono individuabili: giovani al sotto e al di sopra dei 16 anni. A questa eterogeneità di età si aggiunge quella delle esperienze scolastiche pregresse degli studenti: alcuni di loro sono precedentemente istruiti mentre altri non lo sono. Questa differenza è importante quanto quella che dipende dalla loro età. Il presente lavoro mira a spiegare le lezioni nella classe interna FLE e l'approccio alla scolarizzazione nelle scuole pubbliche.

Introduction

Les mineurs étrangers non accompagnés sont des migrants mineurs pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). L’intégration dans la société française leur impose une certaine maîtrise de la langue, la motivation des jeunes pour l’apprentissage est donc une évidence.

Les jeunes MNA à qui j’ai eu l’occasion d’enseigner, en tant qu’enseignante de la langue à France terre d’asile ou à l’éducation nationale, étaient au début de leur processus dʼassimilation de la langue française, le parcours migratoire du jeune mineur, lʼidentité et la symbolique sont des facteurs contextuels à prendre en compte dans lʼapproche didactique à adopter. On pourra donc se demander quelle intégration scolaire des mineurs non accompagnés en France est possible dans l’objectif d’une reconstruction identitaire du jeune.

Dans ce présent travail, nous proposons d’étudier les possibilités de scolarisation des MNA en présentant d’abord le fonctionnement et les enseignements de la classe interne FLE tout en tentant de démontrer à quel point l’élaboration d’un cadre pédagogique en classe de langue peut favoriser la reconstruction identitaire du jeune. Nous essaierons ensuite d’expliquer la procédure de scolarisation des MNA à l’école publique.

1. La classe interne FLE: exemple de l’association France terre d`asile

France terre d`asile a mis en place des classes internes pour que les jeunes nouvellement arrivés sur le territoire français puissent être scolarisés et préparés à l`intégration de l`école publique. Cette classe est un point de passage très important, voire indispensable pour les jeunes dans la mesure où ils y apprennent et renforcent des compétences transversales notamment la compétence linguistique et communicationnelle. Les enseignements proposés dans cette classe leur permettent dans un premier temps d’apprendre la langue pour pouvoir communiquer au quotidien, ainsi que la linguistique textuelle (morphosyntaxe, lexicologie, conjugaison, phonétique...) afin d`intégrer, avec moins de difficultés, les cours de français à l`école publique. Des enseignements en technologies éducatives pour se familiariser avec l’outil informatique et synchroniser l’évolution en termes d’utilisation des nouvelles technologies éducatives. Finalement, des cours d’éducation à la citoyenneté qui leur permettent de comprendre, d’interpréter et de transférer les bons comportements civiques. Les parties ci-dessous expliciteront davantage les enseignements, les objectifs, les contenus et les approches pédagogiques propres à la classe interne France terre d’asile d’Amiens.

1.1 Premier accueil en classe interne

Le jeune, dès sa première arrivée, finalise les formalités d’accueil avec l’équipe éducative. Cela passe par un entretien d’accueil, le contrat de séjour, le règlement interne de l’établissement, les droits, les devoirs, etc. Le jeune peut donc, à partir du premier jour, intégrer la classe de FLE.

Pour lui permettre d’apprendre dans de bonnes conditions, l’enseignant de français fait passer au jeune apprenant un test de positionnement en évaluant les quatre compétences décrites dans le CECRL (compétences de production et de compréhension écrite, compétences de compréhension et de production orale). Ce test de positionnement est sous forme d`une évaluation diagnostique qui nous permet de le positionner dans un groupe de compétence. À titre informatif, nous avons des jeunes de différents niveaux de compétences en langue du niveau Alpha (réalphabétisation en français) au niveau B2 du CECRL.

À partir de cette évaluation diagnostique, le jeune exprime aussi son projet professionnel ce qui nous permet de travailler davantage avec lui des contenus spécifiques tels que le FOS (français sur objectifs spécifiques) ou FLP (français langue professionnelle). Dans la classe interne FLE, les jeunes suivent des cours cinq jours dans la semaine à hauteur de quatre heures de cours par jour.

1.2 Les contenus proposés dans la classe interne

La classe interne propose aux jeunes accueillis une variété de contenus ciblant des objectifs prédéfinis. Parmi les contenus proposés aux jeunes :

  • Des contenus linguistiques :
  • Il s’agit des contenus qui visent l’acquisition d'une compétence discursive, communicative et rédactionnelle. En guise d'exemple, des contenus thématiques traitant des outils linguistiques à apprendre propres à une situation communicative (chez le docteur, en ville, à la gare, organiser une fête, inviter et prendre un rendez-vous, conseiller/reprocher, etc.), autrement dit, le français situationnel.

  • Des contenus socioculturels :
  • Ce sont des contenus visant l’apprentissage d`une compétence sociale interculturelle basée sur la découverte et le contraste des cultures. Ces contenus sont indispensables dans la mesure où l’apprentissage d`une langue est toujours le corollaire à l’apprentissage de la culture que cette langue porte : ils permettent également aux apprenants de comprendre un certain nombre de comportements et de s’y adapter. La classe de langue est donc le meilleur milieu d’apprentissage et d’analyse de la culture pour éviter le choc culturel et le sentiment de stigmatisation qu'un comportement pourrait faire naître chez un étranger de la culture.

  • Des contenus civiques :
  • Pour permettre aux jeunes de mieux comprendre le fonctionnement de la société française, des cours d’éducation à la citoyenneté sont aussi proposés. Ces cours sont importants dans la mesure où ils permettent aux jeunes d’acquérir des connaissances propres aux institutions françaises et européennes, comprendre les valeurs de la République Française ainsi que la constitution et la loi française. Comme axe de travail, on peut citer quelques exemples de thèmes travaillés comme la devise de la France, les valeurs républicaines, être responsable dans la vie collective à l’école. Se comporter de manière responsable en matière de sécurité, se préparer à être citoyen dans sa commune, son département et sa région. Se préparer à être citoyen en France et en Europe.

  • Des contenus spécifiques :
  • Les contenus spécifiques sont proposés à la demande des jeunes sur un domaine particulier. Parmi ces contenus spécifiques, nous proposons des contenus en FOS (français sur objectif spécifique) en guise d’exemple en cuisine pour des jeunes qui suivent des stages en cuisine pour leur permettre de se familiariser davantage avec le milieu professionnel. Des contenus FOU (français sur objectif universitaire) pour les jeunes qui souhaitent intégrer une classe de seconde ou un premier baccalauréat général. Le FOU relève de tout ce qui est méthodologique (méthodologie de l’exposé, recherche documentaire, méthodologie de la dissertation, du commentaire composé ou comparé, etc.).

  • Le soutien scolaire :
  • La classe de FLE n’assure pas seulement que des cours pour les jeunes qui n’ont pas encore intégré l’école publique, elle s’adresse aussi aux jeunes scolarisés dans des centres de formation professionnelle ou encore toutes autres catégorie de formation. Le soutien scolaire se présente sous la forme de suivi pour la réussite éducative et professionnelle. Des horaires spécifiques sont mis en place pour le soutien scolaire et s’avèrent très efficaces.

    1.3 Les objectifs des cours internes

    Pour réussir pédagogiquement l`élaboration des contenus, des objectifs sont préalablement définis en fonction dus besoins exprimés par les jeunes, de l’évaluation diagnostique réalisée au départ et les difficultés rencontrées. Un cours trouve alors son point de départ d'un objectif pédagogique général avec des sous-objectifs linguistique, culturel, grammatical, lexical, syntaxique, etc.

    Nous procédons alors à un listage d'objectifs, une recherche documentaire, des supports didactiques et des documents authentiques. La constitution de ces éléments permet l’élaboration pédagogique et la détermination d`un scénario pédagogique pour le déroulement du cours auquel les contenus sont destinés.

    1.4 Les approches pédagogiques

    Les approches pédagogiques que nous mettons en place en classe interne de FLE sont diverses et variées. En effet, chaque cours implique une approche pédagogique spécifique pour le bon déroulement du cours et l’atteinte des objectifs prédéfinis. Parmi ces approches, on peut citer l’approche lexicale pour traiter le vocabulaire et tout ce qui relève du contenu conceptuel. L’approche socioculturelle pour des contenus socioculturels et interculturels. Des démarches de projet et de découverte pour ce qui relève des projets de groupe, des sorties éducatives et des projets de classe. Finalement, l’approche de groupe ou la pédagogie différenciée quant au travail avec des groupes de niveaux où les compétences sont variées pour gérer l’hétérogénéité.

    En effet, la classe interne FLE se présente comme une classe riche de contenus, de pratiques et d’expérience. Les jeunes y apprennent et développent des compétences très variées d’autant plus que cette dernière prépare leur intégration scolaire et leur réussite.

    1.5 Test de positionnement et identification des besoins linguistiques et professionnels

    Comme précisé dans la partie classe interne de ce travail, le jeune, dès son premier jour d'accueil, passe un test de positionnement afin de l`insérer dans le groupe correspondant à son niveau de compétence en langue. Ce test comprend deux parties distinctes :

    Une première partie pour l’identification des besoins linguistiques et professionnels (annexe 1): Cette fiche est conçue sous forme d’une autoévaluation. Le jeune s'auto-évalue en termes de capacités à communiquer, comprendre, lire et écrire en langue française. Le jeune identifie également ses lacunes en langue, exprime son projet professionnel et ses motivations.

    Une deuxième partie sous forme d’exercices de compréhension et de production orale et écrite (annexe 2, 3 et 4). La réalisation de ces exercices nous permet d’attribuer au jeune un niveau de langue (A1.1, Al, A2, B1, B2, Cl et C2) selon les indicateurs du cadre européen commun de référence en langue (CECRL) en termes d’évaluation des compétences en langue. La majorité des jeunes que nous accueillons ne sont pas francophones et n’ont jamais appris la langue française que ce soit dans un milieu naturel ou institutionnel. Ils relèvent donc du public Alpha A0 et une ré-alphabétisation en langue française est nécessaire.

    2. Médiations et reconstruction identitaire des MNA

    2.1 Médiation par l’enseignant: élaboration d’un contrat pédagogique

    Le contrat pédagogique doit permettre de mettre en place un cadre interculturel. Il met en relation les cultures dans leur diversité et dans le respect de leur altérité. Il sʼinscrit à la fois dans une démarche situationnelle et interactionnelle.

    Le contrat cherche également à répondre à une interrogation éthique: comment concilier le respect de la diversité et pluralité culturelle.

    Le triangle didactique classique (formateur-apprenant-connaissances) ne suffit pas à décrire la complexité du processus mis en place par la médiation. Si le triangle didactique est au centre de lʼapprentissage, il faut également prendre en compte le processus dʼappropriation des connaissances par lʼapprenant, lʼidentité de lʼapprenant et son environnement.

    2.2 Travail en groupe comme liant social et reconstruction identitaire

    Il est fondamental pour lʼenseignant de prendre en compte les relations interpersonnelles qui se déploient à travers les activités de la classe de FLE. En effet, l’apprenant est acteur de son apprentissage, Il est donc nécessaire d’élaborer une stratégie de construction du savoir qui permet aux apprenants de partager une même vision de la réalité classe/apprentissage.

    Cependant, mettre en place lʼensemble des stratégies en classe de FLE ne permet pas de préparer à une intégration dans la société du pays dʼaccueil. Le regard du groupe sur lui-même ne suffit pas. Il est donc nécessaire de créer une situation dʼapprentissage transitionnelle qui laisse entrer un regard extérieur.

    3. Scolarisation à l’école publique

    En théorie, tout MNA étranger nouvellement arrivé sur le territoire français doit suivre une procédure administrative qui lui permet l’accès au droit à la scolarité sur le territoire français. La procédure est la suivante :

    El Khattabi 1

    Figure l : procédure administrative pour permettre ou pas au MNA de s’inscrire à l’école.

    De manière générale, l’aboutissement de la procédure explicitée ci-dessus prend un temps très variable en fonction d’un certain nombre d’éléments (qui me sont personnellement méconnus). Pour certains de nos jeunes, cela a pris de 1 à 9 mois.

    Le passage du jeune devant le juge des enfants est décisif dans la mesure où il lui permet un séjour relativement long (protection jusqu'à majorité) et par conséquent de s’inscrire à l’école et commencer son parcours scolaire ou de formation en France ; à noter que si le jeune est déclaré majeur et cela met fin à son séjour régulier en France.

    3.1 Procédure de scolarisation obligatoire pour un MNA étranger de moins de 16 ans

    Une fois le jeune déclaré mineur par le juge des enfants, le responsable scolarité prend contact avec le Centre Académique pour la scolarisation des enfants Allophones Nouvellement Arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de Voyageurs (CASNAV) pour une évaluation du niveau scolaire du jeune.

    Ces tests ou évaluations CASNAV comprennent des évaluations en plusieurs matières dont le français, les mathématiques, la géographie, la chimie, etc. Ces tests sont élaborés en langue française au cas où le jeune est francophone. Dans la plupart des cas, les tests sont traduits en langue maternelle ou d'autres langues acquises par le jeune.

    Avant de commencer ces tests, le jeune est invité à un entretien de présentation qui permet d'identifier quelques éléments qui permettent au CASNAV de proposer (pour ne pas dire imposer) une orientation scolaire. Le jeune exprime alors ses motivations, les matières qu`il aime et celles qu`il aime moins. Il donne également des informations sur sa scolarité antérieure et les matières apprises.

    L’élaboration d’un compte-rendu d’évaluation et une décision d’orientation prend, en moyenne, une semaine ou deux. Ce compte-rendu est communiqué à l’inspecteur de l’éducation nationale qui prend la décision finale d’orienter le jeune dans telle ou telle classe en fonction de la proposition du correcteur du CASNAV ct son compte rendu. L’inspecteur envoie un avis d’affectation au collège qui accueillera le jeune et à son foyer. C’est à ce moment-là que l’inscription est possible avec le retrait du dossier d’inscription, et son dépôt, une fois complété, au service scolarité du collège concerné. L’inscription est donc effective et le jeune est scolarisé.

    En effet, l’école est obligatoire pour les jeunes de moins de 16 ans. Tous les jeunes de moins de 16 ans sont automatiquement et obligatoirement orientés vers le collège comme cité ci-dessus. Quel que soit leur niveau en langue française, les jeunes suivent les cours au collège dans leur classe d’affectation avec des heures de FLE/FLS dans des dispositifs spéciaux internes. Pour les jeunes de moins de 16 ans, la seule perspective scolaire est l'inscription au collège.

    3.2 Procédure d'inscription pour les jeunes de +l6 ans

    La procédure d`inscription des jeunes de plus de 16 ans obéit à la même règle, c’est-à-dire, passer les tests CASNAV pour évaluer le niveau scolaire du jeune afin de proposer une orientation plus adéquate. Les jeunes passent donc leurs tests et les comptes-rendus sont élaborés avec la proposition d`orientation. C’est à partir de ce moment-là que la procédure change et d’autres partenaires interviennent. Il s’agit du Centre d’Information et d`Orientation (CIO). Le rôle de ce dispositif est d’accueillir le jeune en entretien, contrairement aux jeunes de moins de 16 ans, pour affiner ses motivations et discuter de l'orientation la plus adaptée.

    Pour les jeunes de +16 ans, les possibilités d’orientation scolaire et professionnelle sont beaucoup plus avantageuses que pour les jeunes de moins du 16 ans. En effet, le jeune a un large choix entre une formation professionnelle CAP, un second baccalauréat professionnel ou général ou encore une formation professionnelle en alternance (CAP apprentissage en alternance/contrat d’apprentissage).

    Or, la classe par laquelle les jeunes passent avant d’intégrer les formations citées ci-dessus est la classe Action-Accueil et Mobilisation (AAM). Cette classe s’avère nécessaire pour renforcer les apprentissages en langue française pour les jeunes nouvellement arrivés en France. Dans ces classes, on prépare le jeune à la démarche de travail au lycée français et on le prépare de manière générale à l’intégrer l'école publique française. Les enseignements sont aussi axés sur le français langue seconde comme une déclinaison du FLE dont l’objectif peut être résumé comme le suivant : Apprendre le français pour le français et non apprendre le français pour communiquer comme dans le cas du FLE.

    Généralement, les jeunes passent, approximativement, 5 à 6 mois d’apprentissage en classe AAM et cela leur permet de ne pas se mettre en difficulté en intégrant directement un second bac professionnel ou général.

    Les jeunes intègrent ensuite la formation souhaitée après dépôt de dossier et admission. Les jeunes y finissent leur parcours. D’autre part, l’intégration dans un centre de formation professionnelle CAP en alternance par exemple nécessite une compétence pratique et la signature d'une promesse d’embauche.

    L’accès n’est donc pas systématique ni automatique à l’ensemble des formations professionnelles. L`admission est soumise à condition de candidature et une acceptation du dossier. Pour certaines formations, le nombre de places est limité et par conséquent ces filières deviennent très sélectives. Comme par exemple, les CAP cuisine, secrétariat, commerce, etc.

    3.3 Le suivi scolaire

    Les jeunes scolarisés sont suivis de manière systématique à travers différentes démarches.

    Premièrement, des rendez-vous avec les professeurs principaux en présence du jeune en question sont souvent fixés afin de discuter de la progression et des pistes d’amélioration en termes de conseil, soutien et proposition des contenus d'enseignement spécifiques.

    Deuxièmement, le carnet de liaison et les échanges par mail avec des enseignants référents des classes spécifiques d’apprentissage de la langue française. A travers ces outils, nous communiquons sur différents thèmes : apprentissage, comportement des jeunes, absences, sorties pédagogiques…

    Troisièmement et finalement, le soutien scolaire quotidien afin d’aider les jeunes à faire leurs devoirs et remédier aux difficultés rencontrées en classe notamment en langue française, anglaise et histoire géographie.

    Pour résumer, Les jeunes qui passent par les classes AAM peuvent monter des dossiers de candidature pour les formations professionnelles à partir de fin mai de chaque année. Sans dossier de candidature, aucune inscription n'est possible et les jeunes se retrouvent contraints de changer d’orientation et même parfois de ville pour être scolarisés. Les jeunes doivent alors exprimer leurs motivations et souhaits au plus vite, retirer leurs dossiers, les remplir et les déposer dans l’urgence.

    Une fois les retours positifs, les inscriptions doivent être faites ainsi que les demandes de manuels auprès de la Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques (FCPE) ou la Fédération des parents d'élèves de l’enseignement public (Peep).

    Conclusion

    Dans le cadre de lʼapprentissage du français langue étrangère auprès dʼun public de MNA, lʼobjectif ne peut pas se limiter à lʼobjectif linguistique. Dans son approche pédagogique, lʼenseignant doit prendre en compte le parcours biographique de son public et les problèmes dʼidentité qui en découlent.

    Lʼapprentissage de compétences communicationnelles doit donc se doubler de stratégies de médiation qui permettent la reconstruction identitaire. Médiation éducative, médiation sociale, médiation interculturelle et médiation interactionnelle devront donc être mises en place par la négociation d’un contrat et la mise en place d’un cadre pédagogique au sein de la classe de FLE. C’est seulement par la création de ce nouveau contexte dʼapprentissage que lʼacquisition de la langue sera possible.

    Lʼimplication des différents partenaires du contrat – enseignant et apprenants est centrale. Chacun est co-responsable de la production de savoir, de compétences communicationnelles, de lʼélaboration des stratégies dʼapprentissage et de la cohésion du microgroupe social que représente la classe de FLE. On assiste donc au dépassement du traditionnel triangle didactique.

    Cependant, si la cohésion sociale prend racine dans la classe de FLE, il est nécessaire de sortir du cercle fermé du microcosme éducatif en instaurant un espace transitionnel de communication, qui permettra aux apprenants-migrants de se réincarner en sujet social à lʼextérieur de lʼinstitution, dans la société du pays dʼaccueil.

    Références bibliographiques

    ADAMI, Hervé, «Intégration et formation linguistiques des migrants adultes», Culture et Recherche, «Diversité des langues et plurilinguisme», n. 124, Hiver 2010-2011, p. 17.

    BARNIER, Gérard, «Interactions de guidage en pairs», Éducations, n. 9, novembre 1996, p. 44.

    BOUIX Anita et LORMIER Clémence, «Accès à la scolarisation et aux formations professionnelles», septembre 2013.
    Disponible sur : http://www.infomie.net/IMG/pdf/autonomie-guide-fiche6.pdf

    BOYER, Henri, «Diversité et pluralité linguistiques: les chantiers de la sociolinguistique», Culture et Recherche, Diversité des langues et plurilinguisme», n.124, Hiver 2010-2011, p. 13.

    BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE, «circulaire interministérielle du 25 janvier 2016 relative à la mobilisation des services de l’Etat auprès des conseils départementaux concernant les mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille et les personnes se présentant comme tels»,BOMJ n. 2016-01 du 29 janvier 2016.
    Disponible sur :http://www.textes.justice.gouv.fr/art_pix/JUSF1602101C.pdf

    CONSEIL DE L’EUROPE, «Quelle cohésion sociale dans une Europe multiculturelle? Concepts, état des lieux et développements», 2006, p. 65.

    DEBRE Isabelle, «Les mineurs isolés étrangers en France», 2010. Disponible sur :https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000220.pdf (Consulté en décembre 2018).

    GORMELIN BERCHOUD, Marijo, «Notes pour une sémio-didactique», Le Français dans le Monde, janvier 1996.

    LANDRY, Pierre, «Connaissances et outils. Capitalisation et transfert? Quelles médiations ? Quels procès? Quel cycle?», juillet 1996.

    LOARER, Even, «Médiations éducatives : de quoi parle-t on ?» Éducations, n. 9, novembre 1996, p. 11.

    Ministère de l’Éducation nationale et par délégation, «circulaire relative aux modalités d’inscription des élèves étrangers dans l’enseignement du premier et du second degrés», n. 2002-063 du 20-3-2002.
    Disponible sur : https://www.education.gouv.fr/botexte/sp10020425/MENE0200681C.htm

    Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, «circulaire n. 2012-141 du 2-10-2012 relative à l’organisation de la scolarité des élèves allophones nouvellement arrivés», 2012.
    Disponible sur: https://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=61536

    Annexes

    Annexe 1

    el khattabi ann 4

    Annexe 2

    el khattabi ann 1
    el khattabi ex 2

    Annexe 3

    el khattabi ann 3
    el khattabi ex 2 bis
    el khattabi ex 2 tris

    Annexe 4

    el khattabi ann 2
    quest 1.1 a el khattabi
    quest 1.1 b el khattabi

    quest 1 a el khattabi
    quest 1 b el khattabi

    A 2 a el khattabi
    a 2 b el khattabi

    b1 a el khattabi
    b1 b el khattabi

    b2 a el khattabi
    b2 b el khattabi

    Per citare questo articolo:

    Sakina EL KHATTABI, L’apprentissage du français et intégration scolaire des mineurs non accompagnés (MNA): vers une construction identitaire, Repères DoRiF n.19 - Enjeux de l’acquisition des langues secondes en contextes migratoires, DoRiF Università, Roma septembre 2019, http://dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=438

    Ritorna alla Barra di Navigazione