Versione stampabile

Louis BEGIONI, Philippe SÉRO-GUILLAUME

Introduction

Louis Begioni
Università di Roma Tor Vergata

Philippe Séro-Guillaume
Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Ce numéro de la revue Repères veut montrer qu’il est encore possible de « construire des interactions » entre des modèles linguistiques, cognitifs et la didactique des langues.

La didactique des langues étrangères se situe sans auncun doute à la confluence de diverses disciplines scientifiques telles que la linguistique, la psychologie et la cognition. Elle peut être placée au centre de ce champ interdisciplinaire et peut être envisagée sous différents angles d’approche en fonction de ceux-ci. Les relations entre la didactique des langues et la linguistique ont souvent été compliquées. Dans les pays anglo-saxons, elle continue d’être dénommée linguistique appliquée et ce, historiquement en liaison avec le structuralisme et le behaviourisme. En France, dans les années 1970, elle acquiert un statut autonome et elle est aujourd’hui dans de très nombreuses universités de part le monde enseignée sous la dénomination de ”didactique des langues”. Sur le plan de la linguistique, nous avons accordés une place centrale à la psychomécanique du langage de Gustave Guillaume, modèle théorique encore trop peu connu qui postule, entre autres, une interaction entre la langue, (intériorisée dans la phase d’acquisition du langage) et le discours , qui se révèle au niveau de la production langagière. Ce modèle largement pré-cognitif, fondé sur la notion de temps opératif qui permet à la pensée de construire le langage permet de modéliser les interactions entre langue, fait de représentation, et discours, fait d’expression, et ce faisant, de formuler des hypothèses, une fois les mécanismes de la langue maternelle acquis, sur la mise en place de stratégies mémorielles et cognitives « compatibles » au niveau linguistique et culturel pour l’apprentissage d’une langue seconde non maternelle.

Dans ce numéro, 4 articles ont été écrit par des linguistiques qui revendiquent leur appartenance à la psychomécanique du langage :

Louis Begioni et Stefan Gencarau développent les concepts de langue, discours et représentation de la psychomécanique du langage et montrent leur opérativité dans le cadre de la didactique des langues ; Philippe Geneste présente une réflexion sur l’enseignement du temps en français et Philippe Séro-Guillaume sur la didactique en langue des signes ; Jacqueline Picoche, guillaumienne « historique », et Bruno Germain proposent une approche nouvelle relative à l’acquisition du lexique ; enfin Jacques Coulardeau se centre sur la psycho-génèse.

Nous avons souhaité ouvrir la réflexion à des collègues enseignants-chercheurs de l’Université italienne afin d’élargir et d’enrichir le débat sur la didactique des langues :

Jana Altmanova: La créativité lexicale dans la didactique du FLE. Le décodage des hapax comme exercice de motivation dans l’apprentissage du vocabulaire.

Marie Benveniste Escoubas: L'apprentissage de la morphologie du nom et du verbe français par des italophones : un corpus de contextes pour l'expérimentation.

Stefania Cavagnoli : Clil, approcci integrati e politiche linguistiche: ausilii per una buona didattica plurilingue.

Francesca Dragotto: Ponti di sconoscenza. Una riflessione sul ruolo dei linguaggi delle narrazioni (e delle competenze) nello spazio sociale e comunicativo contemporaneo.

Oreste Floquet: Deux groupes de collégiens (Abidjan et Toulouse) face à deux questions sur la transitivité et l’intransitivité en français: recherches sur les connaissances implicites et explicites des adolescents.

Simona Munari: La traduzione d’autore nell’aula di FLE: implicazioni teoriche e una proposta didattica.

Per citare questo articolo:

Louis BEGIONI, Philippe SÉRO-GUILLAUME, Introduction, Repères DoRiF n. 20 - Modèles linguistiques et cognitifs et didactique des langues, DoRiF Università, Roma dcembre 2019, http://dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=463

Ritorna alla Barra di Navigazione