Roselyne KOREN, Paola PAISSA (éds.), Analyse du discours et argumentation : Compte rendu des Journées d’études internationales approches méthodologiques et corpus en confrontation , Repères DoRiF Traduction, médiation, interprétation - volet n.2 , DoRiF Università, Roma aot 2014, http://dorif.it/ezine/ezine_printarticle.php?id=170

Versione a schermo

Roselyne KOREN, Paola PAISSA (éds.)

Analyse du discours et argumentation : Compte rendu des Journées d’études internationales approches méthodologiques et corpus en confrontation

Compte rendu des Journées d’études internationales approches méthodologiques et corpus en confrontation

Groupe ADARR et AD DO.Ri.F – Milan, 1-2 avril 2014

Le Dipartimento di Scienze Della Mediazione Linguistica e di Studi Interculturali de l’UNIVERSITÀ DEGLI STUDI DI MILANO a accueilli le premier et le deux avril 2014 le groupe de recherche israélien ADARR (Analyse du discours, Argumentation, Rhétorique) codirigé par Ruth Amossy de l’université de Tel Aviv et Roselyne Koren de l’université Bar-Ilan et le groupe de recherche italien AD (Analyse du discours) Do.Ri.F, dirigé par Paola Paissa de l’Université de Turin, ainsi que Dominique Maingueneau de Paris 4 Sorbonne. Les contributeurs ont été accueillis par Marie-Christine Jullion, Directrice du département de Scienze della Mediazione Linguistica e di Studi Interculturali, par Alessandra Lavagnino, Présidente de la Scuola di Scienze della Mediazione Linguistica e Culturale, par Danielle Londei, présidente du DO.Ri.F.,et par Giovanni Turchetta, Président du Collegio Didattico. Marie-Christine Jullion et Danielle Londei ont accompagné les participants pendant toute la durée de la rencontre et veillé à son succès ; on doit à Chiara Molinari l’organisation de la rencontre à Milan.

L’enjeu de ces journées d’étude était d’examiner les conditions de possibilité d’une collaboration scientifique de plus longue durée entre les deux équipes. La lecture de quatorze textes écrits envoyés avant la réunion à chacun des participants italiens et israéliens, puis la présentation de quatorze communications de quinze minutes, suivies d’une discussion de quinze minutes également, ont démontré que le projet de collaboration était fondé scientifiquement.

Six sous-groupes de deux ou trois communications ont constitué le principe d’agencement des débats, faisant suite aux conférences plénières de Ruth Amossy (L’analyse du discours et l’argumentation : questions méthodologiques), Dominique Maingueneau (L’analyse du discours, les corpus et les genres discursifs) et Donella Antelmi (IULM-Milano, L’analyse du discours en Italie). Il s’agit des domaines de recherche suivants : la polémique (Amadori, Masasa & Amossy), l’ethos pluriel ou collectif et les questions d’identité (Giaufret, Molinari, Orkibi), les discours concernant les genres (Raus, Siess), l’argumentation visuelle (Santone, Adler), les discours des combattants de 1914 (Trovato, Housiel, Vicari), les discours institutionnels (Modena, Ellis).

On peut trouver ci-dessous le programme des journées ainsi que les résumés des études sur lesquelles s’est basée la discussion.

Les équipes ADARR - AD Dorif tiennent à remercier de tout cœur, pour leur accueil chaleureux et pour avoir permis une si pleine réussite de ces journées internationales d’études, les personnes qui ont consacré le plus de temps et de travail à l’organisation et au succès de cette rencontre, soit en particulier Marie-Christine Jullion et Danielle Londei. Un remerciement spécial, pour l’organisation scrupuleuse et efficace des détails pratiques, est formulé à l’adresse de Chiara Molinari.

Programme des journées
1er avril 2014 
Communications générales et débat :


Ruth Amossy(Université Tel-Aviv)
L’analyse de discours et l’argumentation: questions méthodologiques
Dominique Maingueneau (Université Paris Est - Créteil)
L’analyse de discours, les corpus et les genres discursifs
Donella Antelmi (IULM –Milano)
L’analyse de discours en Italie


2 avril 2014
Communications des sous-goupes et discussions :
Sur la polémique :
9.00-9.15 : Sara Amadori (Bologne)
9.15-9. 30 : Karina Masasa (Tel-Aviv)
9. 30-10.00 : Discussion
Sur l'ethos pluriel ou collectif et les questions d'identité :
10.00-10.15 : Anna Giaufret (Gênes)
10.15-10.30 : Chiara Molinari (Milan)
10.30-10.45 : Eithan Orkibi (Ariel)
10.45-11.30 : Discussion
Sur les discours concernant les genres :
11.45-12.00 : Rachele Raus (Turin)
12.00-12.15 : Jurgen Siess (Caen-ADARR)
12.15-12.45: Discussion
Sur l'argumentation visuelle :
14.00-14.15 : Laura Santone (Rome)
14.15-14.30: Sylvia Adler (Bar-Ilan)
14-30-15.00 : Discussion
Sur les discours des combattants de 1914 :
15.00-15.15 : Loredana Trovato (Enna)
15.15-15.30 : Sylvie Housiel (Tel-Aviv)
15.30-15.45: Stefano Vicari (Genova)
15.45-16.30: Discussion
Sur les discours institutionnels :
16.45-17.00: Silvia Modena (Bologna/Modena)
17.00-17.15: Nadia Ellis (Tel-Aviv)
17.15-17.30: Discussion


Roselyne Koren – Paola Paissa, Synthèse des journées et conclusions
(voir document : Conclusions)




RESUMES DES TRAVAUX DES PARTICIPANTS :


Sur la polémique :

AMADORI Sara (Université de Bologne), Le débat d'idées en ligne : formes de la violence polémique sur Youtube , « Signes, Discours et Sociétés, » n. 9. La force des mots : les mécanismes sémantiques de production et l’interprétation des actes de parole « menaçants », 30 juillet 2012.

En ligne : http://www.revue-signes.info/document.php?id=2853

Notre étude propose une analyse discursive des commentaires suivant une sélection de vidéos de Youtube concernant Michel Onfray. Les pratiques discursives des internautes, qui relèvent du genre « débat public en ligne », sont étudiées d'une part dans le cadre de l'analyse sociopragmatique des interactions verbales et de la sociologie relationnelle et, d'autre part, en s'appuyant sur les théories de l'argumentation basées sur l’orientation vers un objectif de persuasion.

Or, poser que les pratiques discursives des Youtubers relèvent du genre « débat public » signifie les concevoir comme l’expression d'une continuité avec le genre du débat public dans ses formes traditionnelles, mais également comme un renouveau de ces mêmes pratiques discursives. Il y a donc un élément de « stabilité » de la notion, qui coexiste avec un facteur de « déformabilité ». C’est précisément cette déformabilité qui est liée à la spécificité du dispositif technique, à la façon dont il influence les pratiques discursives et au caractère singulier de la communauté discursive qui l’habite

Notre analyse a révélé que c’est plus précisément d’un débat polémique qu’il s’agit. Le jeu d’arguments et de contre-arguments, le recours aux topoï, à l’argument d’autorité ou à l’ad hominem montrent bien que le choc des positions antagonistes caractérise ces échanges. La nature problématique des argumentations polémiques pour les théories de la politesse et le ménagement des faces des internautes a été également prise en compte. Dans notre étude, nous focalisons notre attention notamment sur le phénomène du « flaming », qui est envisagé dans une perspective argumentative et redéfini comme relevant du discours polémique. Le respect de la netiquette est en effet une nécessité négligeable pour les internautes, et les attaques visant à discréditer les adversaires sont des pratiques impolies routinières sur ce dispositif de communication. Nous en avons conclu que l’ethos standard des Youtubers de cette communauté est celui du polémiste, qui accepte et valorise le fait de participer à un véritable « dialogue de sourds ». Notre étude montre ainsi que les débats polémiques de la communauté envisagée sont des représentations déformées du genre « débat public ». En tant que lieu d’énonciation, Youtube est en mesure de créer une circulation des discours qui favorise l’émergence de formes nouvelles de polémique, voire d’une « hyper-polémique ». Le Web est d’ailleurs, de ce point de vue, un poste d’observation privilégié des modalités de saturation du genre « débat public », et de la façon dont la confrontation, dans l’espace démocratique contemporain, cherche de nouvelles voies pour se réaliser.

MASASA, Karina (ADARR, Université ouverte) et AMOSSY, Ruth (ADARR, Tel-Aviv), Polémique et critique politique : Un débat médiatique sur Israël dans Le Monde(texte à paraître).

Cet article, centré sur la guerre de l’image et la guerre des légitimités que se livrent les pro-israéliens et les pro-palestiniens, se propose d’examiner de plus près comment fonctionne en France la polémique publique sur Israël. La polémique, en tant que phénomène socio-discursif, est pour nous une modalité argumentative fondée sur le choc des positions antagonistes. Elle se caractérise par la dichotomisation (l’exacerbation des oppositions), la polarisation (le regroupement en camps antagonistes) et le discrédit jeté sur l’autre. Il s’agit de voir comment le conflictuel est géré dans le cas particulier des prises de position sur Israël. Un échange polémique qui s’est tenu en août 2001 entre Elie Barnavi, historien israélien réputé et à l’époque ambassadeur d’Israël en France, et Pascal Boniface, géopolitologue français, fondateur et directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et, à l’époque, délégué national du PS pour les questions stratégiques constitue le corpus de cet article. L’analyse des stratégies mobilisées dans la mise en mots des énonciateurs nous a permis de mettre en lumière l’utilisation de la réfutation, l’application de la règle de justice, la rétorsion, l’ironie, les arguments ad hominem, la gestion d’ethos et la réparation d’image ainsi que la dichotomisation par jeu d’oppositions inconciliables.

On a surtout étudié le métadiscours, en l’occurrence la réflexion sur la critique qui se dégage des attaques mutuelles contre la pratique de l’autre, qui montre comment la discussion sur la légitimité politique des adversaires se déplace vers un débat sur la légitimité de la critique politique – une démarche qui caractérise la guerre des légitimités qui oppose les pro-Israéliens et les pro-Palestiniens depuis plus d’une décennie. Loin d’être singulier, cet échange offre le modèle d’un type de dialogue récurrent autour des condamnations d’Israël. Ce débat contradictoire permet, sinon de se faire une opinion, du moins de percevoir la complexité du conflit, et les raisons pour lesquelles les adversaires ne parviennent pas à s’entendre. Mais la polémique, si aporétique qu’elle puisse être, permet de poursuivre un échange agonique qui a pour objectif d’assurer le vivre-ensemble des citoyens français partagés entre des principes, des opinions et des fidélités antagonistes.

Sur l'ethos pluriel ou collectif et les questions d'identité :


GIAUFRET Anna (Université de Gênes), Les guerrilla gardeners à Montréal : entre conflictualité et inclusion (texte à paraître).

La guerilla gardening (ou guérilla jardinière, guérilla potagère ou encore guérilla de jardinage) - que nous désignerons dorénavant par le sigle GG - est encore aujourd’hui peu étudiée. Si l’on veut s‘en tenir à la définition de Wikipédia, il s’agit d’un :

mouvement d'activisme politique, utilisant le jardinage comme moyen d'action environnementaliste, pour défendre le droit à la terre, la réforme agraire, la permaculture.

Les activistes occupent des endroits abandonnés, publics ou privés, et y mettent en place des récoltes, afin d'interpeller les pouvoirs sur leur utilisation. Potentiellement, tous les lieux ou surfaces nues peuvent ainsi être semés. Les buts multiples de ce situationnisme écologiste sont de créer une biodiversité de proximité dans les villes, des espaces communautaires conviviaux et de bousculer les limites de la propriété privée (Wikipédia, article « Guerrilla gardening »).

Or, la GG est un terrain fécond pour quelques questionnements intéressants, car il s’agit d’un mouvement international mais né dans un contexte anglo-américain, avec des racines très fortes dans l’Ouest canadien. Quand le mouvement s’élargit à la ville de Montréal (apparemment la seule ville francophone d’Amérique du Nord touchée de manière importante par le phénomène), ces nouveaux acteurs doivent se positionner par rapport à plusieurs instances. Au-delà de la question, pourtant intéressante, de la constitution d’un ethos collectif qui se trouve pris entre le pôle développé par la métaphore guerrière et celui de l’inclusion sociale et du pacifisme, se pose ici la question de la relation de la communauté francophone montréalaise face à un objet culturel provenant de l’ « autre », des anglophones, qui sont d’ailleurs très actifs et très présents dans la GG montréalaise. Cette problématique, non négligeable, est négociée de manière différente par les divers acteurs sociaux. En d’autres termes, nous allons ici non seulement enquêter sur comment les guérilleros du jardinage montréalais francophones construisent et donnent à voir leur identité prise entre l’appartenance au mouvement de la GG et à la communauté francophone, mais aussi sur les représentations que les médias projettent sur le mouvement de l’extérieur.

Notre corpus se compose d’un ensemble de textes numériques (blogues, forums, pages web) identifiés sur le web canadien par une recherche de l’expression « guerrilla gardening » et de ses synonymes.

MOLINARI, Chiara, (Université de Milan), La construction du débat identitaire actuel en France : enjeux discursifs et textuels, (texte à paraître in Pascale Brunner, Chiara Elefante, Stavroula Katsiki, Licia Reggiani (éds.), Interpréter l’événement : aspects linguistiques, discursifs et sociétaux, Paris, Lambert-Lucas).

En France, le débat identitaire a toujours fait l’objet de l’attention d’historiens et de politiciens, mais aussi de sociologues et d’anthropologues. De nos jours, ce débat est encore plus actuel suite aux récents épisodes qui témoignent de la métamorphose du tissu social (nous pensons au phénomène du voile ou aux révoltes des banlieues). Il s’ensuit que le questionnement identitaire n’est plus l’apanage des spécialistes mais s’étend à l’ensemble de la société et interpelle chaque individu, en faisant abstraction de son origine.

Étant donné ces prémisses, nous nous proposons d’étudier les représentations de l’identité nationale à partir des réactions des lecteurs à l’article « L’identité nationale selon Sarkozy » (Bonal et Équy 2 novembre 2009), inclus dans le dossier « Identité Nationale, le débat qui fâche » publié dans Libération (http://www.liberation.fr/identite-nationale-debat99854 ).

C’est notamment sur la dimension discursive que nous envisageons de porter le regard, afin de montrer la manière dont les représentations identitaires s’élaborent au niveau du discours. Tout d’abord, nous allons explorer la dimension dialogique du forum (Moirand 2007, Perrin 2006). Ensuite, nous tâcherons de relever les stratégies discursives à travers lesquelles s’élabore un discours identitaire qui hésite entre l’acceptation et la reconnaissance de la pluralité d’une part et le rêve « mono » de l’autre. À ce propos, nous allons mobiliser la notion de prédiscours, c’est-à-dire ces « informations préalables » (Paveau 2006 : 22), qui entrent en jeu dans les productions discursives et qui renvoient à un savoir collectif. Les tentatives de définition de cette identité plurielle, ainsi que le discours rapporté, la technique de la citation et les divers positionnements énonciatifs ne sont que quelques-uns des outils qui nous aideront à développer nos considérations. Notre hypothèse, en effet, consiste à poser que la relation dynamique entre les sujets d’énonciation participe de la construction de l’événement discursif (Guilhaumou 2006 : 122).

Par ailleurs, le questionnement concernant l’identité nationale soulève aussi la problématique de l’ethos collectif (Amossy 2010, Charaudeau 2005, Orkibi 2012) : peut-on parler d’ethos collectif même si le forum analysé n’est pas l’expression d’un mouvement social structuré et homogène (Orkibi 2012) ? Plusieurs stratégies concourent, à notre sens, à mettre en œuvre un dispositif pluriel visant à asseoir un ethos collectif hétérogène et/ou stratifié qu’il soit : d’une part, trois opérations textuelles – l’évocation fréquente de stéréotypes qui rendent compte d’un ethos hétéroattribué, la mobilisation de prédiscours qui témoignent d’un passé historique considéré comme incontournable ainsi que les glissements énonciatifs– traduisent la conscience de la présence d’un ethos auquel le public aussi est invité à adhérer ; de l’autre, les compétences linguistiques et les choix stylistiques hétérogènes des internautes montrent la complexité d’un ethos qu’il est difficile de réduire à un modèle unifié.

ORKIBI, Eithan (Université de Ariel ; ADARR), L’ethos collectif dans la rhétorique des mouvements sociauxin Orkibi E. (2012), Les étudiants de France et la guerre d’Algérie. Identité et expression collective de l’UNEF (1954-1962), Paris, Syllepse.

Le terme d’ethos (rhétorique ou discursif) est d’habitude réservé à des orateurs individuels. Or, plus récemment, l’intérêt porté à la parole collective dans certains domaines, comme la rhétorique commerciale ou la communication entre groupes, nous a mené à adopter l’hypothèse selon laquelle les collectivités qui diffusent des messages rhétoriques sur la sphère publique sont dotées, tout comme l’orateur singulier, d’un ethos rhétorique qui est par nature collectif. L’objectif de cette contribution est d’introduire la notion d’ethos collectif comme cadre conceptuel et méthodologique flexible et pertinent pour l’étude de la constitution de « Nous » dans la rhétorique des mouvements sociaux. Nous postulons que la prise de parole d’une collectivité luttant pour une cause est accompagnée de la construction d’un ethos rhétorique qui participe à la fois à la construction des identités, et à l’amélioration de l’image publique du mouvement comme acteur social.

L’étude d’un cas historique, celui de l’Union nationale des étudiants de France et sa lutte pour la paix négociée durant la guerre d’Algérie (1954-1962), démontre que l’ethos collectif soutient et participe pleinement de la communication persuasive du mouvement, et lui sert d’outil rhétorique central dans ses efforts pour gagner une place légitime sur la scène publique et promouvoir, à travers la parole protestataire, un changement social. Né de la nécessité de légitimer la parole étudiante dans le débat publique autour des questions politique, militaire et nationale, l’ethos collectif, construit et négocié dans le discours, constitue ainsi l’identité publique d’une catégorie sociale tout entière. Il s’agit d’un projet rhétorique stratégiquement organisé autour de l’objectif de transformer les représentations sociales des étudiants français. Cet objectif a été conçu comme condition préalable permettant l’engagement et la mobilisation d’une génération étudiante à une lutte politique et sociale, et à travers cette mobilisation, la consolidation du statut social de l’étudiant moderne comme acteur politique, et le renforcement du rôle de son mouvement comme force social principale.

Sur les discours concernant les genres :

RAUS Rachele (Université de Turin), Stratégies discursives et épistolaires : les lettres de Milady Montague et de l’Abbé Sevin. In : V. Gianolio (éd.), Epistolari e conversari. Arti pratiche del dire. Turin : Tirrenia Stampatori, p. 55-66.

Cette étude se veut une analyse de la façon dont deux voyageurs du XVIIIe siècle, Lady Mary Wortley-Montague et l’Abbé Sevin, ont présenté l’objet de leurs lettres, le monde ottoman, selon deux stratégies très différentes. Pour restituer ces deux divergentes stratégies discursives à l’intérieur d’un même genre de discours (la lettre de voyage), nous nous sommes servie de l’Analyse du discours française, discipline interprétative centrée sur le discours en tant qu’activité des sujets. Cela nous a permis de dévoiler les mécanismes énonciatifs et donc les stratégies à la base du dit des deux voyageurs, à savoir les positionnements des auteurs par rapport aux genres de discours, à l'interlocuteur et à l'objet de leur discours.

L’analyse des deux épistolaires nous a permis de focaliser deux différentes stratégies discursives, visant deux positionnements divergents par rapport à l’objet du discours (vérité du dit / transparence-opacité) et par rapport au destinataire des lettres (interlocution). En effet, si Lady Mary vise à décrire un objet au féminin (les femmes de l’empire ottoman essentiellement), en limitant la modalisation de l’objet et en interagissant avec les destinataires de ses lettres, Sevin au contraire veut décrire un objet au masculin (les cortèges, les ambassades, la vie quotidienne des hommes turcs) en modalisation l’objet de façon ironique et en imposant au destinataire un point de vue qu’il suppose être généralement partagé.

Par ailleurs, les stratégies discursives d’un genre tel la lettre de voyage semble devoir s’encadrer à l’intérieur d’une réflexion plus générale sur les genres du discours, ce type de lettres relevant à la fois du genre de voyage, qui au XVIIIe siècle est un genre pris entre un statut littéraire et un statut scientifique, et du genre épistolaire.

SIESS Jürgen (Université de Caen ; ADARR), Question du genre, question du « gender » (texte à paraître)

Le dispositif de la lettre permet de juxtaposer ou d’entrelacer divers discours et de poursuivre sur le mode du dialogue simulé des buts divers. Il est donc intéressant d’examiner la correspondance comme un genre à part entière, où s’instaure un rapport dynamique entre les deux participants (indépendamment de la relation que les deux partenaires peuvent entretenir en dehors de l’échange discursif). Je relève dans la lettre à enjeu relationnel un double cadre – « interactif » et normatif –, par rapport auquel il faut situer les images, de soi et de l’autre, de l’homme et de la femme, du monde où ils sont placés. Adressée à l’ami, à l’amant, à l’auteur, la lettre semble constituer un espace propice à la modulation ou la modification de représentations préexistantes, mais aussi à la mise à l’épreuve d’images nouvelles.

Pour l’élaboration de la « lettre d’amour », type de lettre à enjeu relationnel, les manuels ont une place de choix : c’est là qu’on peut relever l’opinion dominante relative à la fonction des différents types de lettres et à la manière de les écrire. Les manuels dessinent un cadre normatif, fixant les règles de la rhétorique et du comportement. Jusqu’à la publication des Modèles de lettres sur différents sujets de Philipon de la Madelaine(1761) prédomine l’idée préconçue que les femmes sont plus aptes à ce genre que les hommes, parce que plus naturelles et plus sensibles, et que leur talent épistolaire est le « signe de leur incapacité à s’illustrer dans des genres plus solides ». Il est intéressant d’examiner le rapport qu’on peut établir entre sexe (gender) et littérature épistolaire, pour aboutir à une analyse de la fonction que la/le destinataire revêt pour la « compréhension de soi » de l’épistolier/e (Runge et Steinbrügge 1990, La femme en dialogue). Il faut pour cela prendre en considération l’interaction qui se déploie dans l’échange épistolaire.

Je tâche, par ailleurs, de considérer la différence des sexes (dans le sens de Geneviève Fraisse) comme déterminante pour la situation de communication par lettres, en faisant l’hypothèse que le rapport entre les sexes sous-tend l’échange épistolaire à la fois comme problème non-résolu et comme pouvant faire de cet échange un « lieu d’utopie ».

Sur l'argumentation visuelle

SANTONE Laura (Université de Rome 3), (2013) «Médias/Santé/Censure. Autour de la publicité», in François Laurent (éd), Texto ! Textes & Cultures, Volume XVIII - n°4 (2013).

Texte en ligne : http://www.revue-texto.net/index.php?id=3321.

Dans le cadre d’une approche méthodologique socio-discursive, au carrefour de l’argumentation, de la rhétorique, de l’analyse du discours et de la sociolinguistique, cet article, en se situant dans le socle de nos études antérieures sur la publicité, vise un double objectif : reformuler, dans une première étape, le binôme "médias/santé publique" sous l’angle du trinôme "médias/santé publique/censure", la censure s’étant développée, notamment, parallèlement aux moyens de communication de masse ; étayer, ensuite, l’analyse sur un corpus formé par des publicités qui ont fait l’objet de censure car renvoyant aux catégories doxiques – et dysphoriques - de l’ « in-regardable » et/ou de l’ « indicible ». En observant la matérialité des figures et des discours dans leurs rapports à la dimension argumentable des émotions, l’article remet en question l’idée selon laquelle les figures rhétoriques auraient essentiellement une fonction persuasive et plaide en faveur d’une argumentation de nature visuelle. L’analyse montre comment dans certains cas de publicités censurées, telle que la campagne « No-li-ta » signée Oliviero Toscani, la métonymie se greffe sur le lien cause-effet engageant, conjointement à sa fonction persuasive, une fonction argumentative, en donnant des raisons visuelles pour s’opposer à l’anorexie. Pas simple "ornement", l’image devient ainsi "argument" à part entière visant à critiquer/soutenir/évaluer un point de vue. Ce qui convoque le sujet dans sa dimension thymique, plus précisément un sujet « passionné », dont l’expérience émotionnelle implique une composante cognitive qui réduit le hiatus entre le connaître et le sentir, entre le pathos et le logos. Les passions se manifestent alors comme un ensemble de propriétés du discours tout entier, en s’inscrivant dans un agencement d’opérations logo-pathémiques exprimées aussi bien verbalement que visuellement.

ADLER Silvia (Université de Bar-Ilan ; ADARR), (2013) Silent and semi-silent arguments in the graphic novel, «Pragmatics (IPrA)», 23/3, 389-402.

"Silent and semi-silent arguments in the graphic novel" (Adler, 2013) identifie deux types d'argumentation dans le cadre du roman graphique: arguments semi-silencieux et arguments silencieux. Les premiers se construisent à travers l'exploitation des deux langages utilisés par la bande dessinée: le code verbal et le code iconographique, donc à travers les diverses interactions entre le textuel et le visuel. Les seconds émanent d'une scène purement intra-visuelle lorsque le code visuel communique des messages par l'ajout ou l'absence de détails iconiques qui s'avèrent à la fois indépendants du texte accompagnateur et déplacés par rapport à l'entité visuelle.

Trois romans graphiques – lesquels réfèrent tous à des conflits socilopolitiques non fictifs – ont été sélectionnés pour l'illustration: Persepolis (Marjane Satrapi, 2000), Palestine (Joe Sacco, 2007), Valse avec Bachir (Ari Folman et David Polonsky, 2009). Bien au-delà de la beauté graphique, de l'ingéniosité artistique et narrative, du caractère intime / subjectif du récit à la première personne, etc., ces ouvrages ne manquent pas de construire une dense classe argumentative en faveur de la thèse qu'ils désirent promouvoir. Autrement dit, les nombreux épisodes composant ces ouvrages ont valeur de topoï qui finissent par former un tableau composite dans le but de provoquer ou d'intensifier "l’adhésion des esprits aux thèses qu’on présente à leur assentiment" (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1958: 5)

Chemin faisant, cet article s'attèle à examiner dans quelle mesure un roman graphique se transforme en un acte d'accusation. D'autres questions y sont aussi abordées, dont celles de savoir ce qu'il y a de particulier à la bande dessinée qui devient tellement effectif et communiquant pour la promotion de certaines thèses, comment les images régulent la quantité ou la qualité de l'information donnée à tel ou tel point de la narration en vue d'une conclusion quelconque, dans quelle mesure les romans graphiques choisis ont une "visée argumentative" (Amossy 2008), finalement à quel point le "rapporteur-miroir" et l'"analyste critique" œuvrent côte à côte (cf. la question de l'"effacement énonciatif", Koren, 2008).

Sur les discours des combattants de 1914 :


TROVATO Loredana(Université d’Enna « Kore »),Des voix au kaléidoscope : l’ethos du soldat dans le paratexte des journaux de tranchées, (texte à paraître)

Notre projet de recherche concerne l’analyse des mécanismes de représentation de l’ethos du soldat français dans le paratexte des journaux de tranchées. En particulier, nous nous sommes penchés sur le péritexte (préfaces et programmes) des premiers numéros de ces bulletins, afin de relever les stratégies argumentatives visant à mettre en relief l’ethos du Poilu – emblème de la nation française – contre le « sale » et « vilain » Boche. Notre objectif a été double : a) d’un côté, nous avons utilisé les outils de l’analyse du discours et de l’argumentation pour examiner la structure rhétorique du paratexte des journaux de tranchées ; b) de l’autre, nous avons relevé les stratégies de mise en valeur de l’ethos, produisant une sorte d’image idéale et universelle du Poilu, qui devient un nouvel exemplum éthique pour les Français. Pour atteindre ces objectifs, nous avons consulté un ensemble très riche de journaux, constitué d’à peu près 250 titres. Il s’agit d’un corpus très vaste et hétérogène (d’après quelques auteurs, 474 journaux ont été publiés de 1914 à 1918), car la plupart de ces canards, qui n’ont pas résisté à l’action ravageuse du temps, paraissaient de façon irrégulière et ne duraient que « l’espace » de quelques numéros. Nous avons ainsi sélectionné seulement les numéros présentant une « préface », un « programme », ou un « avis », ce qui nous a permis de restreindre le corpus à 82 publications. Quant à l’approche retenue, nous avons utilisé les études relevant du domaine du paratextuel, à partir de l’ouvrage incontournable de Gérard Genette (Seuils, 1987), ainsi que de celles relevant du domaine de l’analyse du discours et de l’argumentation, à partir de Ruth Amossy (Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, 1999 ; La Présentation de soi. Ethos et identité verbale, 2010 ; L’Argumentation dans le discours, 2013), Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau (Dictionnaire d’analyse du discours, 2002), Catherine Kerbrat-Orecchioni (L’Énonciation. De la subjectivité dans le discours, 2002).

Dans la première partie de notre recherche, nous avons précisé la nature de ce paratexte : il s’agit de véritables préfaces, qui répondent aux critères définis par Gérard Genette, à savoir l’« emplacement » (les premières lignes du journal), la « date d’apparition » (celle du premier numéro), le « statut formel », le « destinateur » (dont on apprend rarement le nom, se qualifiant dans les signatures sporadiques comme « la rédaction », « le poilu rédacteur », etc.) et le « destinataire » (dans la plupart des cas, l’ensemble des Poilus ou ceux de la compagnie). Nous avons ensuite analysé les titres, pour en dévoiler la visée argumentative et la volonté d’établir une relation étroite avec le destinataire, en l’appelant en cause par des formules : a)neutres : « à nos lecteurs » (qui est la plus répandue), « au(x) poilu(s) », « salut, poilus ! », « au lecteur bénévole », « aux armées » ; b)relevant d’une espèce de complicité : « ami lecteur », « ami », « à (tous) nos camarades » ; c)marquant l’appartenance à un secteur : « aux poilus du 51ème », « à nos camarades du 18ème Terr.ial ». Dans la deuxième partie, nous avons envisagé les textes préliminaires comme une sorte de lieu stratégique de l’argumentation rhétorique et de l’étalage de l’ethos collectif pour trois raisons principales : le rapport privilégié avec l’auditoire (le lecteur), le « thème du pourquoi » et le « thème du comment ». Quant au premier point, nous avons analysé la triade « je-nous-vous » : nous avons ainsi remarqué la fréquence du rapport « nous ↔ vous », ce qui témoigne de la volonté d’exhiber un ethos qui est l’expression non pas personnelle d’un sujet locuteur, mais universelle du sentiment d’appartenance à la nation. Le deuxième point s’explique à la lumière de la notion rhétorique de « captatio benevolentiae », c’est-à-dire la détermination à obtenir l’approbation générale de l’auditoire sur le produit présenté par sa valorisation (mise en relief de son importance, de sa nouveauté dans le panorama journalistique de l’époque et de son unicité). Nous avons ensuite relevé que la plupart des journaux annoncent leur parution à partir de quelques procédés principaux : a) l’opposition avec les autres bulletins ; b) la réplique aux protestations probables des lecteurs ; c) la dimension modeste de leur publication. Enfin, les « thèmes du comment » cherchent à guider le lecteur, à le situer et à le déterminer. Ils sont tout d’abord repérables dans les appellations, qui permettent de définir le destinataire-cible, et qui ont les fonctions de commenter le titre et formuler une déclaration d’intention, dans le but de justifier non seulement la présence d’une préface à valeur introductive, mais aussi l’existence du journal. Cette dernière se résume souvent en deux points complémentaires et réitérés dans tous les bulletins : la chasse au cafard et l’affirmation de la « saine gaité » poilue. En outre, dans toutes les préfaces examinées, logos, ethos et pathos entretiennent une relation de type symbiotique : le locuteur cherche à se rendre crédible et à « emporter l’adhésion du public », même en suscitant émotions, sentiments et sensations divers. Cette adhésion n’est en effet que l’acceptation de la guerre en tant qu’acte nécessaire, lié à une fatalité inéluctable et à l’orgueil patriotique. La nature argumentative de ces textes est enfin confirmée par leur structure. Ils se composent pour la plupart d’une introduction, d’un corps central contenant les raisons de la création du nouveau journal et d’une conclusion, où le lecteur est invité à acheter le journal, à le lire et à le diffuser à l’arrière pour le « faire vivre » malgré la crise du papier et la non-périodicité des publications. Le paratexte s’avère, en conclusion, le terrain fertile pour la construction ou le renforcement de l’ethos : du moment que l’objectif principal de tout texte préfaciel est la monstration / démonstration, la présentation, la mise en valeur, il est évident qu’il constitue le point de départ d’où développer une rhétorique fondée sur l’argumentation et la divulgation des principes universels du locuteur par les biais du pathos positif et négatif.

HOUSIEL Sylvie (Université de Tel Aviv ; ADARR), Nouvelle perception de l’ennemi dans les lettres des combattants français de la Grande Guerre : Verdun 1916, (texte à paraître).

L’article explore le discours épistolaire des combattants français durant la Grande Guerre, et plus particulièrement les lettres rédigées sur le front de Verdun en 1916. Il montre comment, à travers une analyse ponctuelle d’éléments langagiers mais aussi culturels et historiques, ces lettres privées ont servi non seulement à communiquer des points de vue, des perceptions et des émotions personnelles, mais aussi à les justifier afin d’obtenir une certaine adhésion de la part des destinataires. L’analyse des représentations discursives permettra d’effectuer une réflexion sur la mise en mots à partir de laquelle s’établit le sens profond du conflit pour les soldats des tranchées, et d’éclairer les raisons qui conditionnent leurs actes et leurs façons de penser.

Dans cette perspective, nous verrons comment le discours privé des combattants du front de Verdun construit dans l’échange une image nouvelle et pour le moins surprenante et inattendue de l’ennemi, en l’occurrence du soldat allemand. L’article montrera comment certaines représentations initialement charriées par les médias et les discours de propagande sont retravaillées et déplacées, et comment une identification entre les deux camps dans une souffrance et un destin communs mène à une justification, parfois implicite, du très combattu « rapprochement » entre les deux armées, même au cœur des combats.

Une analyse approfondie du discours épistolaire permettra ainsi une meilleure compréhension du phénomène « fraternisation » au centre d’un débat entre historiens contemporains de la Grande Guerre.

VICARI Stefano (Université de Gênes), Expression de l’implication émotive et argumentation : le cas des lettres des poilus, (texte à paraître)

Cette étude de cas présente l’analyse de l’expression des émotions dans les lettres des poilus et des effets discursifs produits par leur inscription en discours, afin de montrer que ces émotions participent de la construction d’une visée argumentative plus large, par laquelle les scripteurs entendent emporter l’adhésion du destinataire et rechercher une communion de sentiments et d’états d’âme, un sentir avec l’autre, tout en installant une vision critique de leur expérience et des discours officiels.

Pour ce faire, une première partie est consacrée à des questions méthodologiques concernant le choix des observables discursifs à prendre en compte. La fonction émotive est présente dans presque tous les propos des locuteurs à des degrés différents, le risque est alors de se perdre dans la profusion des marques langagières pouvant exprimer les émotions en discours. Et notamment, afin de délimiter les observables, je plaide pour la prise en compte (1) des conditions de production de ce type de discours à l’intérieur du champ discursif des discours produits autour et pendant la Grande guerre (les lettres et les écrits des poilus occupent une place périphérique par rapport aux discours de la presse et des discours officiels et, qui plus est, ils font l’objet de l’activité de la censure) et (2) de la position délicate de l’analyste dans ce genre d’analyses. En effet, bien que le travail de l’analyste du discours doive partir des indices repérables dans la matérialité discursive, l’objet « émotion » demande une part d’interprétation individuelle non négligeable, surtout par rapport à d’autres objets d’études. Et cela est d’autant plus vrai si les émotions que je propose d’appeler « énonciatives » sont fortement représentées dans le corpus.

Dans la deuxième partie de cette étude, à partir des distinctions entre émotions énoncées, montrées et énonciatives, je me penche sur la catégorisation des différents moyens discursifs relevables dans les lettres des poilus. Quels types d’émotions prédominent dans le corpus analysé ? Dans quels contextes discursifs sont-elles énoncées et comment ? Les analyses montrent que les scripteurs s’appuient sur les émotions non seulement dans le but de se détacher de l’image des soldats relayée par le discours officiel et, par là, de reconfigurer leur ethos préalable, prétendant montrer une dimension plus intime et correspondant à celle qu’ils considèrent comme la seule possible, mais aussi pour inscrire en discours une communion de sentiments, d’états d’âme face à des réalités considérées comme inénarrables. En particulier, il me semble que les scripteurs pointent sur le partage de leurs émotions, sur le fait de sentir avec l’autre et pour ce faire ils recourent à des stratégies discursives qui mettent l’accent sur la prétendue universalité des émotions attribuées soit à eux-mêmes soit à la communauté entière des poilus. Parmi ces stratégies (emploi de la désinscription énonciative ou d’une voix groupale, descriptions de situations fortement dysphoriques, dénonciation du discours officiel et la mise en discours de l’impossibilité des dires), celle de la réduction d’une distance à partir de verbes de perception au présent de l’indicatif, de constructions déictiques et présentatives incluant, bien qu’idéalement, le destinataire dans la situation d’énonciation et de la mise en discours de dialogues fictifs mériterait de faire l’objet d’une étude plus systématique en ce qu’elle pourrait mettre en lumière une caractéristique de l’expression des émotions propre à l’hyper-genre épistolaire. En effet, dans la tentative aux tons fortement chargés du point de vue émotif, de se détacher de l’image relayée par la presse d’un poilu heureux, orgueilleux et content de servir sa nation, les scripteurs « forcent » - me semble-t-il - les perceptions de leurs destinataires dont ils mettent en scène même les voix, tout en fondant un devoir de voir les mêmes réalités, sentir les mêmes odeurs, percevoir les mêmes sensations, voire d'éprouver les mêmes émotions que celles représentées par les poilus.

Sur les discours institutionnels :

MODENA Silvia (Université de Bologne et de Modène), Le discours institutionnel de Jean-Claude Trichet lors du passage à l'euro: entre expertise et vulgarisation, (texte remanié par l’auteur à partir de l’article du même titre paru dans Discours boursiers et financiers, Berlin, Franck und Timme Verlag, Collection Forum für Fachsprachenforschung, p. 107-122)

Jusqu’au début de l’année 2002, l’euro n’était pas une réalité et son instauration a été semée de difficultés, d’obstacles politiques et confrontée à l’incrédulité des opposants. C’est justement à cause du caractère irréel de la monnaie unique que les majeures institutions françaises (entre autres, la Présidence de la République, le gouvernement, le Ministère des Finances et la Banque de France) ont produit un discours institutionnel en faveur de l’euro. Cette étude décrit, en particulier, le discours de Jean-Claude Trichet, alors qu’il était gouverneur de la Banque de France (BDF) et membre du Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne (BCE). Le discours institutionnel que Jean-Claude Trichet produit en faveur de l’euro est bâti sur un élément essentiel pour l'existence et la solidité de toute monnaie : la confiance. La question de la confiance occupe donc une place importante dans l’étude argumentative du passage à l’euro et, plus particulièrement, dans les deux stratégies discursives mises en place par Jean-Claude Trichet : la construction d’un discours d’expert et d’un discours de vulgarisation.

Pour ce qui concerne le discours d’expert, J.-C. Trichet souligne l’autorité de sa parole par le fait de citer des auteurs acceptés comme notables par la communauté économique internationale. La valeur des auteurs cités gomme toute voix dissidente et participe à l’effacement de la conflictualité. L’ethos du locuteur, agrandi par les connaissances explicitée dans l’argument d’autorité, s’amplifie. Quant au discours de vulgarisation, il est plutôt caractérisé par des procédés langagiers « de figuration » : la métaphore qui fait surgir les analogies (par exemple entre la monnaie unique et le but d’un match de football) et l’isotopie sémantique qui répète des éléments de sens appartenant à la même catégorie thématique (voir l’isotopie de l’architecture).

Ces procédés concourent de façon conjointe à éloigner les tensions internes au discours institutionnel et à mettre en avant l’absence de dissonance.

ELLIS NADIA (Université de Tel-Aviv – ADARR),La définition discursive de la formule "délégitimation d'Israël" dans les discours institutionnels et ses fonctions (texte à paraître).

Dans cet article nous nous proposons d'analyser la fonction argumentative de la définition discursive de la formule "délégitimation d'Israël" dans le cadre des discours institutionnels. Pour ce faire, nous nous référons à la définition du discours institutionnel de Claire Oger, c'est-à-dire les discours qui "correspondent aux différentes échelles de représentation de l'institution ou différents cercles de définition de l'institution" (ibid.). Ce sont, en d'autres mots, des "discours autorisés" (Krieg-Planque et Oger 2010 : 92) prononcés par des acteurs institutionnels dont le rôle à l'intérieur de l'institution est légitimement représentatif de l'institution même.

Plusieurs études ont été consacrées à la définition lexicographique (Robinson 1968; Sarfati 1995; Winreich 1970 et d'autres) ainsi qu'à la définition dite "naturelle", à savoir « formulée par les locuteurs eux-mêmes » (par opposition à la définition « conventionnelle » issue du lexicographe) (Martin 1990 : 87); nous nous attardons sur ce second type de définition "discursive", cet "acte empiriquement observable qui répond à la question, explicite ou implicite, « qu'est-ce que X? » interprétée comme une demande d'information sur le sens de l'unité X" (Riegel 1987 : 33) dans un contexte particulier: celui de la formule (Krieg-Planque 2003 et 2009). Alors qu'une attention particulière a été prêtée à la fonction argumentative des définitions dans le discours (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1958), en effet, aucune étude n'a été conduite, à notre connaissance, à propos de la fonction argumentative d'une définition discursive, lorsque celle-ci sert à expliciter le sens d'une formule. Le manque d'une définition précise et univoque étant justement l'une des marques caractéristiques d'une formule, nous nous interrogeons à propos d'une telle définition discursive et nous émettons l'hypothèse qu'elle remplit une fonction argumentative à l'intérieur du discours.

Pour vérifier notre hypothèse, nous avons choisi deux discours prononcés à la même occasion par deux personnalités politiques aux deux côtés du spectre politique Israélien: la première, c'est le Premier Ministre Israélien Benjamin Netanyahou (qui parle le 8 Novembre 2010 à l'Assemblée Générale des Fédérations Juives d'Amérique du Nord); la seconde, c'est la Chef de l'Opposition Tzipi Livni (qui parle le lendemain, face à la même Assemblée).

A travers l'analyse discursive et argumentative de ces deux discours institutionnels, choisis parmi un vaste corpus de discours où la formule "délégitimation d'Israël" est accompagnée d'une définition discursive, nous avons pu vérifier que la définition discursive de cette formule remplit effectivement une vraie fonction argumentative.

Pour un compte rendu des débats ayant suivi les présentations et pour les conclusions scientifiques des journées,

Voir le document : Roselyne Koren - Paola Paissa, Synthèse des journées et conclusions

Les journées des 1-2 avril ont confirmé l’existence de grandes potentialités de coopération scientifique entre les deux équipes israélienne et italienne. A l’issue de ces journées, des perspectives de collaboration future, découlant des points d’intérêt communs que la rencontre a permis de mettre à jour, ont été discutées par le comité scientifique du réseau ADARR – AD Do.Ri.F (Amossy, Maingueneau, Koren, Paissa, Siess), Pour un descriptif général de ces perspectives, voir le document: Coopération internationale ADARR – AD Do.Ri F : projets

Par ailleurs, une initiative impliquant différents membres des deux équipes est déjà en bonne voie : un numéro de la revue « Repères Do.Ri.F » consacrée à la formule dans l’acception d’Alice Krieg-Planque, devrait paraître en automne 2014: « La formule en discours : perspectives argumentatives et culturelles », sous la direction de Ruth Amossy, Alice Krieg-Planque et Paola Paissa.

Ritorna alla Barra di Navigazione