Gruppi di ricerca Do.Ri.F.

Grammaire et syntaxe

Ruggero DRUETTA
Université de Turin
Faculté de Sciences Economiques

Titre : La répétition en langue et en discours
Mots clés : répétition, anaphore, corrélatifs, reformulation

« Semel satis est » ou bien « bis repetita placent » ? La répétition d’une unité linguistique, qu’il s’agisse d’un phonème, d’un morphème, d’un lexème, d’un invariant sémantique ou d’une portion de texte est un fait banal en soi, mais qui se charge de valeurs différentes suivant les contextes d’utilisation. En ce qui concerne le niveau de manifestation, celui-ci peut aller depuis le phonème jusqu’au syntagme nominal ou verbal, dans le cas de l’anaphore rhétorique, avec des effets variés de type sémantique (désambiguïsation et intensification), syntaxique (corrélation et anaphore stricto sensu) ou rhétorique (anadiplose, tautologie, antanaclase, anaphore rhétorique, etc.). Tous ces usages peuvent être envisagés en tant que tels ou dans leur rapport aux intentions communicatives et pragmatiques du locuteur, qui peut user de la répétition pour obtenir des effets esthétiques (la rime, l’assonance) ou argumentatifs (l’intensité de la caractérisation adjectivale, par exemple, pouvant être mise au service d’une argumentation) ; de même, le recours à des formes hypochoristiques peut être mis au service de l’atténuation (euphémisme) ou d’un effet perlocutoire de mise en connivence (hypochoristiques et diminutifs).
Ce statut, à mi-chemin de la langue et de la parole, nous a motivé à lancer un programme de recherche qui fédère le groupe de recherche en grammaire et syntaxe et le groupe de recherche sur l’analyse du discours.
En ce qui concerne le groupe de recherche en grammaire et syntaxe, les sujets abordés, privilégiant l’étude des mécanismes linguistiques de caractères général (à savoir les possibilités et impossibilités en langue) pourront porter, bien que de manière non exclusive :
1) sur la répétition – à l’identique ou avec des variations – d’unités lexicales ou pronominales réalisant l’anaphore linguistique et assurant la permanence et la stabilité du référent tout au long d’un texte (monologal ou dialogal). C’est à ce sujet que se posent les questions de la synonymie et de la coindexation pronominale, notamment lorsqu’on va au-delà des frontières de la construction verbale (ou, pour utiliser un vocabulaire moins précis mais bien ancré dans la tradition, au-delà des frontières de la phrase).
2) Sur les structures corrélatives, basées elles aussi sur la coindexation (tantôt il est gai, tantôt il est triste ; plus il me parle, plus il m’irrite ; autant il est gentil avec moi, autant il est méchant avec sa femme…).
3) Sur les mécanismes langagiers mis en œuvre par la reformulation (problème de la synonymie et de la répétition avec variation), où il s’agit de proposer un invariant sémantique sous deux formes verbales souvent très éloignées, comme peuvent l’être le nom approprié et une glose, généralement marquée par des procédés langagiers qui en délimitent l’extension et qui signalent de manière explicite l’opération de reformulation à l’œuvre, en même temps qu’ils garantissent l’équivalence sémantique entre les deux expressions linguistiques mises côte à côte. Ce procédé intermédiaire entre la langue et le discours, est très présent dans les langues de spécialité, les textes de vulgarisation et les situations didactiques, et constitue l’un des traits définitoires de ces types de situations communicatives. La reformulation, s’appliquant également à des segments textuels plus étendus, pose en général le problème du rapport entre l’itération de l’invariant sémantique (fourni par le texte source) et la variation fournie par la reformulation, celle-ci s’articulant finalement à un texte dont elle assure la possibilité d’une continuation.
4) Sur les structures parémiques, où la répétition de certains éléments joue un rôle mémoriel, structurel et de marquage générique caractérisé par la préservation de structures généralement délaissées par d’autres usages de la langue (à malin, malin et demi ; qui vole un œuf vole un bœuf, etc.)
5) Sur la traduction, où on retrouve, de manière cruciale, le problème du rapport entre identité formelle / sémantique et reformulation : traduire consiste en effet à reformuler dans une autre langue-culture un invariant qui n’est pas seulement sémantique (reformulation de l’information) mais aussi formel (aspect esthétique ou plus simplement connotatif assuré par la mise en mots dans la langue-source).
6) Sur l’oral et ses modes de production : celui-ci est en effet caractérisé par un grand nombre de piétinements sur un site syntaxique, notamment lors de la recherche lexicale (j’ai rencontré le le le le machin le prof de Sarah). Ces répétitions, souvent traitées comme des disfluences, manifestent en réalité des régularités intéressantes, puisqu’elles se concentrent en général sur le « déterminant » (article, préposition, pronom clitique sujet, conjonction) et pas sur la forme lexicale pleine (Cf. Pallaud, Henry 2004, Blanche-Benveniste 2003).
7) Enfin, sur les modalités du discours didactique, ayant recours à l’itération par exemple dans l’enseignement d’une L2, où l’enseignant associe l’exhibition d’un objet et l’énonciation répétée de son nom, afin d’en favoriser l’appropriation et la mémorisation. Par ailleurs, on ne pourra pas oublier que le procédé de l’itération fait l’objet d’une condamnation (le pléonasme) assez constante dans le discours didactique, qui prescrit au contraire la variation comme forme valorisée de l’expression.

Bibliographie sommaire
ANDERSON, P., CHAUVIN-VILENO, A. & MADINI, M. (coord.), (2000), Répétition, altération, reformulation. Besançon : PUF-C.
Blanche-Benveniste C. (1987), Syntaxe, choix du lexique et lieux de bafouillage. DRLAV, n. 36-37, pp. 123-157.
Blanche-Benveniste, C. (2003), La naissance des syntagmes dans les hésitations et les répétitions du parler, in : Araoui, J.-L. (ed), Le sens et la mesure. Hommages à Benoît de Cornulier, Editions Honoré Champion, pp. 40-55.
Bocéréan, C., Canut, E., Musiol, M., André, V., 2010, « Quel usage les adultes font-ils de la répétition? Comparaison entre un corpus d'interactions verbales adultes/adolescents polyhandicapés et adultes/jeunes enfants », CMLF 2010, 044 (2010), in Neveu F., Muni Toke V., Durand J.,
Clark H.H. et Wasow T., (1998), Repeating words in spontaneous speech, Cognitive Psychology, 37, p. 201-242.
CURL, TRACI L., (2004), « ‘Repetition’ repairs : The relationship of phonetic structure and sequence organization ». In E. Couper-Kuhlen & C. Ford, (éds.) : Sound Patterns in Interaction. Amsterdam : Benjamins, p. 273-298.
D’ANDREA, G. « Sur le rôle de la répétition dans les proverbes », in Benoît De CORNULIER (ed), Cahiers du Centre d’Études Métriques, 5, Université de Nantes, 2007, pp. 119-129. (sur des proverbes médiévaux)
Den, Y. (2001). Are word repetitions really intended by the speaker? In Proceedings of Disfluency In Spontaneous Speech (DISS’01), August 29-31, 2001, University of Edinburgh, Scotland, p. 25-28.
Dostie, G., (2007), « La réduplication pragmatique des marqueurs discursifs. De là à là là ». Langue française n°154, 2007, p. 45-60.
Dostie, G., (2008), « La réduplication. De la constitution d’un corpus de français parlé au Québec à l’analyse sémantique de données authentiques ». Revue électronique Texte et corpus, n°3 / août 2008, p. 221-231, disponible sur http://web.univ-ubs.fr/corpus/jlc5/ACTES/ACTES_JLC07_dostie.pdf
Floricic, F. & Mignon, F., (2007), « Non non et no no en français et en italien : réduplication ou réitération ? ». Faits de langues : La réduplication, n°29, p. 49-61.
Frédéric, M., 1985 : La Répétition — Étude linguistique et rhétorique, Tubingen, Max Niemeyer Verlag. (surtout rhétorique corpus poétique. Elle touche aussi la rép. pathologique, morphosémantique, l’anaphore...)
Gosselin, L., Mathet, Y., Enjalbert, P., Becher, G. (eds), Aspects de l'itération: l'expression de la répétition en français : analyse linguistique et formalisation, Berne, Peter Lang (Sciences pour la communication), 2013 (autour de l’expression sémantique d’événements répétés et des formes linguistiques itératives)
Hammer, F., (1997), « Iconicité et réduplication en français ». Folia Linguistica, n° 31, 3-4, p. 285-300.
Henry S. (2001), Etude quantitative des répétitions marques du travail de formulation en français oral spontané, D.E.A., Université de Provence (Aix-Marseille 1).
HENRY, S., (2002), « Quelles répétitions à l’oral ? Esquisse d’une typologie », Actes des 2èmes Journées de Linguistique de Corpus, Lorient. [http://www.univ-provence.fr/delic/papiers/Henry-2002lorient.pdf].
Henry, S., 2002, Etude des répétitions en français parlé spontané pour les technologies de la parole, Actes de RÉCITAL 2002, Nancy, 24-27 juin 2002, pp. 467-476.
Klingler T., Mondada L., Prévost S. (éds.) Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF 2010
ISHIKAWA, M., (1991), « Iconicity in discourse : the case of repetition ». Text 11/4, p. 553-580.
Lala, Marie-Christine ,2000, « Le processus de la répétition et le réel de la langue », Semen [En ligne], 12 (analyse textuelle - G. Bataille)
Lindemberg J., Vegliante J.-C. (eds), 2011, La répétition à l’épreuve de la traduction, Paris, Bouquineo. fr (coll. Chemins it@liques).
Lindenberg Lemos, C., 2012, «Répétition, isotopie et tensivité», Actes Sémiotiques [En ligne]. 2012, n° 115. Disponible sur : (Sémantique de la répétition dans les textes)
Magri-Mourgues, V., Rabatel, A. (eds), Pragmatique de la répétition, SEMEN n.38 (2015)
Magri-Mourgues, V., 2015, « L'anaphore rhétorique dans le discours politique. L'exemple de N. Sarkozy », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 24 avril 2015, consulté le 29 septembre 2015. URL : http://semen.revues.org/10319
MIGEOT, F. & VIPREY, J.-M. (éds.), (2000), Répétition, altération, reformulation. Semen 12, Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté.
Molinié G. [1994] « Problématique de la répétition », Langue Française 101, « Les figures de rhétorique et leur actualité en linguistique » (pp. 102-111).
NORRICK, N., (1987), « Functions of repetition in conversation ». Text 7/3, p. 245-264.
Pallaud, B., Henry, S., 2004, Amorces de mots et répétitions : des hésitations plus que des erreurs en français parlé, . Prunelle. 7es Journées Internationales d'Analyse Statistique des Données Textuelles, Déc 2004, Louvain-la-Neuve. PUL, pp.848-858.
Prak-Derrington, Emmanuelle. « Anaphore, épiphore & Co. La répétition réticulaire », paru dans Figures du discours et contextualisation, Actes du colloque, mis en ligne le 25 septembre 2014, URL : http://revel.unice.fr/symposia/figuresetcontextualisation/index.html?id=1505.
Prak-Derrington, Emmanuelle, « Les figures de syntaxe de la répétition revisitées. Pour une textualité stratifiée », in A. Rabatel et V. Magri (dir.), Répétition et genres, in Le discours et la langue, à paraître dans le n° 7.2 en sept/oct. 2015.
Prak-Derrington, Emmanuelle, « ‘Toute répétition est en principe faute de style’. Infraction et répétition lexicale». In P. Chiron, Ch. Guérin (éd.), L’infraction stylistique, Presses Universitaires de Rennes, à paraître en décembre 2015.
RABAB’AH, Ghaleb & ABUSEILEEK, A. F., (2012), « The pragmatic functions of repetition in TV discourse ». Research in Language 10/2, p. 445-460.
A. Rabatel et V. Magri (dir.), Le Discours et la langue. Répétition et genres, 2015 (à paraître).
RABATEL, A., (à par.): « Des répétitions dans le discours religieux : l’exemple des litanies ». Le Discours et la Langue.
RICHARD, É., (1999), « Félix est beau, mais beau !: du dit au dire ». Revue de Sémantique et Pragmatique, 5, p. 111-118.
RICHARD, É., (2000), La répétition : syntaxe et interprétation. Thèse de doctorat, Université de Bretagne Occidentale, Brest.
RICHARD, É., (2002), « La répétition comme relance syntaxique ». l’Information Grammaticale, 92, p. 13-18.
Richard, É., (2005), « La répétition immédiate : un haut degré, mais de prise en charge énonciative ». In D. Banks (dir.) Les Marqueurs linguistiques de la présence de l’auteur. Paris : L’Harmattan, p. 59-65.
RICHARD, É., (2008), « Mais que corrige la reformulation ? Le cas de structures avec la réitération d’un même lexème ». In M.-C. Le Bot, M. Schuwer & E. Richard (éds) La reformulation. Marqueurs linguistiques – Stratégies énonciatives. Rennes : PUR, coll. Rivages linguistiques, p. 147-154.
Richard, É. & Noailly, M., (2013), « Répétitions, relances et progression discursive ». In É. Richard et C. Doquet (dir.), Les représentations de l’oral chez Lagarce. Paris : L’Harmattan, p. 135-155.
RICHARD, é., (2014), Parcours de la répétition : un cercle dynamique. Synthèse HDR, Strasbourg.
STIVERS, T., (2004), « ‘No no no’ and other types of Multiple Sayings in Social Interaction ». Human Communication Research 30/2, p. 260-293.
Watine, M.-A., (2012a), « La réduplication : une interprétation dialogique ». In F. Calas, C. Fromilhague, A.-M. Garagnon & L. Susini (dir.), Les Figures à l’épreuve du discours. Dialogisme et polyphonie. Paris : PUPS, p. 149-160.
Watine, M.-A., (2012b), « Répétition et progression discursive dans la prose de Samuel Beckett ». In J. Piat, P. Wahl & Y. Chevalier (dir.), Configuration et progression discursive dans la prose de Samuel Beckett. Presses universitaires de Lyon, p. 149-169.
Watine, M.-A., (2013), « La réduplication et son contexte ». In G. Salvan (dir.), Figures et contexte, Le Discours et la langue n°4.2, p. 61-73.


Torna alla lista dei gruppi

Ritorna alla Barra di Navigazione