Gruppi di ricerca Do.Ri.F.

Intercompréhension

DORIF
GROUPE DE RECHERCHE INTERCOMPREHENSION

Coordinatrice Marie-Christine Jamet
jametmc@unive.it


Le thème de l’intercompréhension a depuis les années 90 intéressé le DORIF, qui, malgré son identité liée à la langue française, adhère aux valeurs européennes du plurilinguisme et les promeut. L’intercompréhension entre langues romanes par conséquent entre dans le champ des recherches et applications menées par le DORIF dès son implication dans le projet européen Galatea, puisque l’association a été le partenaire officiel du projet pour l’Italie et a réalisé le Cdrom destiné à l’apprentissage de la compréhension écrite du français de la part d’un public italophone. Par la suite, des membres du DORIF, et notamment à l’université de Cassino, ont continué le parcours lancé par Galatea, sous l’égide de l’université Stendhal de Grenoble, avec le projet Galanet dont la nouveauté est l’utilisation d’une plateforme internet d’apprentissage collaboratif pour mettre en relation les apprenants romanophones de différents pays, et Galapro qui vise à la formation à distance des enseignants d’intercompréhension.

Parallèlement, d’autres chercheurs du DORIF approfondissent les recherches plus théoriques sur le concept de l’intercompréhension et sur la nature du processus selon le code écrit ou oral. C’est pourquoi le DORIF a organisé en décembre 2006 une journée d’études consacrée à l’intercompréhension orale, dont les actes viennent de paraitre (septembre 2009). L’intérêt de cette journée d’études a été de mettre l’accent sur une dimension peu abordée dans les recherches précédentes et dans les produits didactiques qui en étaient issus, à savoir l’oral, et de faire se rencontrer des chercheurs venus d’horizons différents, et notamment d’un autre « courant » né autour de la figure de Claire Blanche Benveniste avec le projet européen Eurom4.

Cette volonté de dépasser les clivages originels et de rassembler les forces de recherche a été reprise au niveau européen avec le Réseau Redinter regroupant 24 partenaires en Europe (y compris la Turquie) dont les Dorifiens intéressés à l’intercompréhension font partie par l’intermédiaire de leurs universités respectives.

Le groupe de recherche DORIF se propose donc
- de fédérer au niveau italien les recherches dans le domaine de l’intercompréhension entre langues romanes, de faire circuler l’information,
- de créer des synergies pour la recherche en discutant ensemble de ce qui se fait, en approfondissant certaines pistes de recherche, à savoir
 l’intercompréhension orale en réception et en interaction,
 les processus d’apprentissage plurilingue, les stratégies de compréhension interlangues mises en œuvre
 l’évaluation des compétences (ignorée jusqu’à présent), dans la perspective de définir des curricula d’apprentissage et une certification de maîtrise de compétences partielles (par exemple : œuvrer pour fédérer les certifications françaises, italiennes, espagnoles et portugaises, pour avoir un certification en CE et plus tard CO)
 la linguistique contrastive et son rapport à un apprentissage plurilingue (afin de disposer d’outils de comparaison multilingues utiles pour la constitution de méthodes à condition de ne sélectionner que les points faisant obstacle à l’intercompréhension, ce qui nécessite des études expérimentales préalables)
 la réflexion sur de nouveaux produits didactiques plus performants, plus facilement adaptables à des publics différents, où chacun puisse puiser ce qui lui semble meilleur ; ou sur des produits liés à un contexte d’apprentissage (par exemple lier CLIL et intercompréhension pour l’enseignement secondaire)
 l’utilité de l’intercompréhension par rapport à un apprentissage normal des langues (comme première approche ? mais alors si la production fait partie des objectifs, l’intercompréhension qui fait levier sur la perception des ressemblances en minimisant les différences ne va-t-elle pas être un obstacle à une production correcte ?)
 l’intercompréhension comme médiation dans les processus d’apprentissage de l’italien langue seconde à destination des immigrés francophones.


Le réseau Redinter vient de lancer le numéro 1 de la revue Intercompréhension qui pourra accueillir d’éventuelles publications, faites au nom de nos universités respectives, mais aussi pourquoi ne pas ajouter le label DORIF, comme si nous étions un laboratoire à la française ?

Actuellement ont rejoint ce groupe :
Marie Hédiard, Sonia di Vito, Maddalena de Carlo, Marie-Christine Jamet, Sonia Jerolimich, Yolande Thierry


Torna alla lista dei gruppi

Ritorna alla Barra di Navigazione