Gruppi di ricerca Do.Ri.F.

Politique linguistique du francais et formation

POLITIQUE LINGUISTIQUE DU FRANCAIS, ÉDUCATION ET FORMATION
Passé, présent, perspectives – Quel champ disciplinaire


Groupe de recherche Do.Ri.F.-Università
proposé par Danielle Lévy
coordonné par Danielle Lévy et Silvia Vecchi
(Università di Macerata)



Parmi les objectifs du Do.Ri.F. « en 14 points » extraits du Programme de l’Association, nous sélectionnons :

2- Intégrer la recherche interdisciplinaire dans la recherche en langue et culture françaises et "coupler" les résultats des recherches linguistiques et ceux des sciences humaines.

4- Répondre à l'invitation à la connaissance du proche et à la xénophilie "frontalière" qui nous est faite par les instances communautaires et internationales à l'enseignement/apprentissage de la langue du voisin en encourageant les études comparées du français et de l’italien, l'approfondissement des aspects interculturels, l'acquisition de compétences même partielles en français.

9- S’engager dans des recherches ou programmes européens (de recherche-action et de promotion des langues) qui impliquent chercheurs, étudiants en cours de maîtrise, enseignants, avec des partenaires parfois plus avancés dans le domaine des échanges mais sans oublier que les histoires, le vécu linguistique et les situations géo-politiques, engagent des politiques linguistiques différentes.

Instauration d’un groupe de recherche : motivations de la proposition
Si le DoRiF continue de se donner comme objectifs dans le cadre de l’assise du français et de la didactique des langues (recherche, enseignement formation)
1. L’attention à l’état des lieux de la recherche et des cadres, institutionnels et privés, en général
2. Les spécificités du français en Italie dans la recherche et dans l’enseignement
3. L’innovation des approches et des thèmes au vu des changements planétaires
4. La promotion des jeunes chercheurs par la construction d’un espace de recherche doctoral et post doctoral « habitable » dans l’entre-deux compris entre la fin de leurs études et l’entrée dans le monde du travail, universitaire ou autre
5. L’interaction constructive entre une association et l’institution universitaire et scolaire, culturelle en général, par delà les appartenances et la reconnaissance universitaires
6. La création de réseaux de chercheurs et d’institutions au niveau international
7. Autres



Nous proposons un programme de recherche DORIF qui tienne compte dans la mesure du possible des objectifs indiqués ci-dessus et en fonction de ces
Antécédents :
1. Dans la ligne du doctorat de recherche de l’Université de Macerata à partir de 1999 (« Politica, Educazione, Formazione linguistico-culturali »)
2. Dans le droit fil des collaborations ( DEA et thèses) avec Robert Galisson à l’Université de Paris 3 - Sorbonne nouvelle en didactologie des langues et des cultures, avec Aline Gohard - cursus en didactique du Fle / Fls, Domaine du Plurilinguisme et de la didactique des langues étrangères, avec Geneviève Zarate - didactique du français et des langues du monde
3. Dans le sillage des acquis largement reconnus aujourd’hui du « Précis du Plurilinguisme et du pluriculturalisme » (Zarate, Lévy, Kramsch 2008).

Proposition : La politique linguistique du français entre modèles et subjectivités
S’adresse non seulement aux jeunes doctorants, docteurs et post doc du doctorat italien cité ci-dessus mais à tous les jeunes - et moins jeunes - chercheurs désireux de nous rejoindre sur le thème spécifique de la politique linguistique du français, en France et dans le monde ainsi que des interactions avec les politiques locales.
Il s’agit de construire un espace de recherche tenant compte du discours déclaratif tenu depuis plusieurs siècles par la politique linguistique française (langue f. et rayonnement, langue et révolution, langue et nation, langue et colonisation, langue et francophonie, « crise » du français, français et immigration, français et plurilinguisme …) et de ses implicites ainsi que des disciplines appelées à décrire et à analyser cet espace et d’en proposer des transformations ainsi que des modèles, ou plus modestement, des perspectives pour l’amélioration des espaces pratiques, en particulier des espaces proches comme celui du français en Italie. Le français en Italie fait partie des langues officielles dans le domaine de l’éducation aux langues et de la formation en tant que langue d’études dans les cursus scolaire et universitaire, dans les initiatives d’échange, dans la construction du capital linguistique certifiable et représente la langue en partage (entendue ici en sens vaste) d’acteurs confrontés à plusieurs titres au multilinguisme social ; c’est la langue sur laquelle la recherche en didactique déploie ses préoccupations méthodologiques, disciplinaires, ses projets de formation, ses propositions de dialogue avec le monde des professions, c’est une langue qui joue un rôle identitaire pour les francophones qui vivent, qui étudient, qui travaillent en Italie. Dans ce cadre, le FLE et la réflexion qu’on en fait peuvent être pensés comme un espace de parole sur les discours sur les langues proches, qui se côtoient par voisinage (l’italien) et/ou par « esprit de famille » (langues romanes), la francophonie, la pluralité linguistique et culturelle, les disciplines mobilisées dans la didactique du français.
À ce propos, il sera également question d’analyser et de réguler le champ des disciplines qui interviennent dans la compréhension et dans la construction de ces espaces (linguistique, langues, sciences humaines et sciences sociales) ainsi que de comprendre les relations de multi-, de pluri- ou d’inter- disciplinarité qu’elles entretiennent entre elles, dans l’étude des institutions, des produits et des individus aux niveaux macro- , méso- micro-. Si le français a été au sein du Do.Ri.f. véhicule d’une réflexion qui s’est développée avec la linguistique, la didactique des langues-cultures, il est important de continuer dans cette voie tout en tenant compte que les secteurs scientifiques universitaires reflètent encore une découpe disciplinaire traditionnelle.

Enfin une attention particulière sera portée à la dynamique évolutive de la politique linguistique, de l’ éducation et de la formation en français qui s’instaure lorsque le monde des règles, des cadres de référence, des décrets et des programmes, nationaux et transnationaux entre en contact, parfois en conflit avec les voix des individus et de la subjectivité, dans le cadre d’une éducation linguistique le long de la vie. Notre présupposé veut que tout discours produit sur le français de la part de tous les acteurs confrontés et impliqués dans le « sentiment de la langue » - qu’ils enseignent le français, qu’ils l’apprennent, qu’ils l’utilisent au quotidien ou occasionnellement, qu’ils en théorisent le discours (décideurs, auteurs de manuels, didacticiens, didactologues, didactologues/didacticiens…) et la liste est ouverte… - établit des éléments d’ancrage par rapport aux discours officiels académico-institutionnels, aux changements liés à l’enseignement et à l’apprentissage, aux représentations qui circulent au niveau social et individuel.
La dimension de la subjectivité et de la biographie - catégories marginalisées sinon cachées – peut faire fonction de contrepoint aux acquis, aux appareils méthodologiques simplificateurs de la complexité linguistique et culturelle.
De ce point de vue, envisager la problématique des discours sur le français veut dire:
- resituer le discours de la place du français dans un cadre mondialisé des langues auquel on se confronte à partir de ses propres contextes de politique linguistique, de formation, d’éducation nationaux et supra-nationaux, en considérant que la perspective souhaitée fait appel « aux changements et à l’investissement des capitaux culturels et disciplinaires de ses chercheurs » (Lévy 2006, p.80) ;
- repenser à la fonction de l’enseignant de français en considérant que « il modello di ricerca perseguito non è tanto quello di realizzare un ideale ‘accademico’ quanto quello che vuole fornire una competenza di uomo-studioso, considerando la disciplina un fatto strumentale » (Arcaini 1984).

Note
Le projet est vaste et peut être diversifié; il désire traverser des recherches engagées aux cours de ces années dans un domaine dont la nécessité est largement ressentie mais dont les contours sont encore assez flous. De jeunes docteurs qui se sont portés disponibles, sur la base de leurs travaux en cours ou achevés pourraient en « sous-coordonner» certains aspects.



Quelques repères bibliographiques

AA.VV., 1986, Géopolitique des langues, numéro spécial de Hérodote, n° 42.
AA.VV., 2004, Études de linguistique appliquée, dossier thématique CHANTAL, F. (coord. par), Français langue étrangère (FLE), français langue seconde (FLS) : un enjeu politique, social, culturel et éthique, Paris, Klinksieck, n°133.
AA.VV., 2003, Études de linguistique appliquée, dossier thématique ATIENZA J.-L. (coord. par), Inconscient et langues étrangères, Paris, Didier-Erudition, n°131.
ARCAINI, E.,1978, L’educazione linguistica come strumento e come fine: proposte di analisi per la formazione linguistica, Milano, Feltrinelli Bocca.
AMATI MEHLER, J., 2003, « La migration, la perte et la mémoire », in Études de linguistique appliquée, n°131, pp. 329-342.
ANQUETIL, M. 2001, « Sur la ligne de contact entre deux langues-cultures : la fonction des lecteurs étrangers dans l’université italienne », in PAGANINI G. (coord. par), Différences et proximités culturelles : l’Europe. Espace de recherche, Paris, L’Harmattan, pp. 223-240.
BIDAUD, F., SEGHI, J.-P., 2006, (a cura di), Le chercheur/enseignant/formateur en langues étrangères dans les universités italiennes. Contraintes institutionnelles et autonomie. Le cas du français, Wizarts, Porto Sant’Elpidio.
BOSISIO, C., 2007, « Le(s) rôle(s) du français (langue étrangère, seconde et “autre”) dans l’école italienne”, in GALAZZI E., MOLINARI C., Le français en émergence, Peter Lang, Berne, pp.233-254.
BOURDIEU, P., 1982, Ce que parler veut dire – L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.
CSILLAGY, A., GOTTI, M., 2000, (a cura di), Le lingue nell’università del duemila, Udine, Editrice Universitaria Udinese Srl.
DE MAURO, T., 2003, “Il plurilinguismo come tratto costitutivo dell’identità italiana ed europea”, in Synergies Italie, dossier tematico Parcours didactiques et perspectives éducatives, n°1, pp, 19-25.
DERIVRY, M., 2006, « Les enseignants ‘natifs’ et les enseignants ‘non natifs’ de langue(s) étrangère(s) : catégorisation linguistique ou construction sociale », in Travaux de didactique du FLE, n°55, pp.101-108.
ELOY, J.-M., 2004, « Langues proches : que signifie de les enseigner ? », in Études de linguistique appliquée n°136, pp.393-401.
GALISSON, R., 2002/4, « Didactologie : de l’éducation aux langues-cultures à l’éducation par les langues-cultures », in Études de linguistique appliquée, n° 128, pp. 497 à 510.
GALISSON, R., 1990, « Où va la didactique du Français Langue Étrangère ? », in Études de linguistique appliquée, n°79, 1990, pp.5-34.
GOHARD-RADENKOVICH, A., 2002, « La culture universitaire comme culture en soi », in YANAPRASART, P. (éd.), Communiquer en milieu interculturel, Neuchâtel, Université de Neuchâtel, Institut de linguistique, TRANEL, 36, pp.9-24.
HAGEGE, C., 1996, Le français, histoire d’un combat, Paris, la Cinquième édition.
HEDIARD, M., 1989, « Langues voisines, langues faciles ? », in Studi italiani di linguistica teorica e applicata, anno XVIII, n°1-2, pp. 225-231.
JAMET, M.-C., 2008, « De l’histoire d’une grande langue – le français – qui, pour ne pas devenir petite, se découvre pluriculturelle. Implications didactiques pour les manuels », in ALAO, G., ARGUAUD, E., DERIVRY-PLARD, M., LECLERCQ, H., ‘Grandes’ et ‘petites’ langues. Pour une didactique du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Peter Lang, Berne, pp.29-41.
KLINKENBERG, J.-M., 2001, La langue et le citoyen : pour une autre politique de la politique française, Paris, PUF.
LÉVY, D., 2006, « Dialectique en contexte universitaire du plurilinguisme et du FLE en Italie : résistances et ouvertures », in BIDAUD F., SEGHI J.-P., Le chercheur/enseignant/formateur et langues étrangères dans les universités italiennes. Contraintes institutionnelles et autonomie. Le cas du français, Actes des journées de séminaire de Vérone « Do.Ri.F.-20 ans », 5 et 6 décembre 2004, pp. 76-90.
LEVY, D., 2002, La Francophonie à travers ses discours, révolution(s)autour d’un mot. De la notion linguistique à l’enjeu social et politique, Ancona, Nuove Ricerche, Collana « il Capricorno ».
LÉVY, D., 2001a, « Autour d’un mot: ‘Proximité’ », in PAGANINI, G. (coord. par), Différences et proximités culturelles : l’Europe. Espace de recherche, Paris, L’Harmattan, pp.13-17.
LÉVY, D., 2001b, « Les implications du changement social dans l’éducation linguistique à l’université: recherche et formation », in BIDAUD, F. (a cura di), Lingue e culture romanze. Didattica e ricerca : quali prospettive ?, Atti del Convegno internazionale, Do.Ri.F.-Università, Pisa, 11-12 ottobre 2001, Viareggio-Lucca, Mauro Baroni editore, pp.35-55.
LÉVY, D., 2000, « Statuto della ricerca e dell’insegnamento delle lingue e nuove opportunità per il francese nelle Facoltà di Scienze politiche”, in XXIV Convegno internazionale SUSSLF, Napoli-Pozzuoli.
LÉVY, D., 1994, « Quand une langue dit plusieurs cultures, quand une culture s’exprime en plusieurs langues : unification et stratification en situations de contigüité », in ARCAINI, E., FOURMENT-BERNI CANANI, M., LÉVY-MONGELLI, D., Analisi comparativa Francese/Italiano. Lingue e culture a confronto, in Studi Italiani di Linguistica Teorica e Applicata, 23 (3), pp.537-550.
MOORE D., PY B., 2008, « Discours sur les langues et représentations sociales », in ZARATE, G., LÉVY, D., KRAMSCH, C., Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris, Archives contemporaines, Chap. 6, pp. 271-323.
PAGANINI, G., 2001, (coord. par), Différences et proximités culturelles : l’Europe. Espace de recherche, Paris, L’Harmattan.
PAVEAU, M.-C., ROSIER, L., 2008, La langue française. Passions et polémiques, Paris, Vuibert.
PICOCHE, J., MARCHELLO-NIZIA , Ch., 1989, Histoire de la langue française, Paris, Nathan.
PORCHER, L., Le français langue étrangère. Émergence et enseignement d’une discipline, Paris, Hachette, 1995.
RIVOIRE ZAPPALÀ, M., 1989, « Va-et-vient des xénités », in Studi italiani di linguistica teorica e applicata, anno XVIII, n°1-2, 1989, pp.135-142.
VECCHI, S., 2006, « La formation en langue française dans une faculté de sciences de la formation: quelques représentations d’interaction et de distance », in BIDAUD, F., SEGHI, J.-P., Le chercheur/enseignant/formateur et langues étrangères dans les universités italiennes. Contraintes institutionnelles et autonomie. Le cas du français, Actes des journées de séminaire de Vérone « Do.Ri.F.-20 ans », 5 et 6 décembre 2004, pp.129-135.
WEINRICH, H., 1986, « Petite xénologie des langues étrangères », in TODOROV, T., « Croisements des cultures », in Communications, Paris, Seuil, n°43, pp.187-203.
ZARATE, G., 2006, « Identités et plurilinguisme. Discours scientifique et champ d’action politique », in BIDAUD, F., SEGHI, J.-P. (a cura di), Le chercheur/enseignant/formateur en langues étrangères dans les universités italiennes. Contraintes institutionnelles et autonomie. Le cas du français, Atti del Seminario di Verona « DoRiF-20 ans », DoRiF-Università, Porto Sant’Elpidio, Wizarts, pp.14-26.
ZARATE, G., 2001, « Autour d’un mot : ‘Risque’. La prise de risque à la frontière des disciplines. Propos en direction des jeunes chercheurs européens », in PAGANINI, G. (coord. par), Différences et proximités culturelles : l’Europe. Espace de recherche, Paris, L’Harmattan, pp. 241-248.
ZARATE, G., 1997, « Éléments pour une réflexion sur l’évolution du CRÉDIF et de son environnement géopolitique. De la diffusion universelle des valeurs françaises à la pluralité européenne », in Études de linguistique appliquée, n° 106, pp. 247-256.
ZARATE, G., LÉVY, D., KRAMSCH, C., 2008, Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris, Archives contemporaines.

Revues
Do.Ri.F. – Università, Centro di documentazione e di ricerca per la didattica della lingua francese nell’università italiana, Repères – 3, Roma, 1991.
Do.Ri.F. – Università, Centro di documentazione e di ricerca per la didattica della lingua francese nell’università italiana, Repères – 1, 1985.
Do.Ri.F. – Università, Centro di documentazione e di ricerca per la didattica della lingua francese nell’università italiana, Documenti e ipotesi di ricerca, programma 1984.


Torna alla lista dei gruppi

Ritorna alla Barra di Navigazione